Dover un lieu spécial pour Jeff Gordon

Jeff Gordon ne sait pas quel est le plus gros challenge de sa semaine à Dover. Faire face à quarante-deux pilotes sur le Monster Mile, ou bien avoir l’attention d’enfants de 3 ou 4 ans ? Gordon s’est en effet rendu dans la classe de sa fille, pour parler à ses camarades de la course automobile.

Jeff Gordon : “Je suis allé dans la classe d’Ella pour leur parler de la course automobile et ils étaient un groupe difficile à impressionner. J’avais amené un casque pour leur montrer et leur expliquer et ils pensaient que c’était cool. C’était vraiment une expérience amusante.”

Ce jeudi Jeff Gordon se rendra non loin de Wilmington au quartier général de DuPont, son sponsor historique depuis ses débuts en NASCAR Sprint Cup Series à la fin de la saison 1992 en Atlanta.

Jeff Gordon : “Cette visite annuelle au quartier général de DuPont est une réelle source de motivation. Nous sommes associés depuis 19 ans et les employés nous supportent vraiment. Ils sont impatients de nous rencontrer et cette impatience est réciproque.”

En trente-six départs sur le Dover International Speedway Jeff Gordon compte quatre victoires, autant de poles, quatorze top-5 et vingt-et-un top-10. S’il compte quatre succès à Dover, il n’a cependant plus trouvé le chemin de la Victory Lane sur cet ovale d’un mile en ciment depuis dix ans.

Jeff Gordon aura cependant un petit avantage sur certains de ses adversaires puisqu’il est venu à Dover le 19 avril pour effectuer des tests pour Goodyear, un point positif pour son chef d’équipe, Alan Gustafson.


Alan Gustafson : “C’est un avantage pour nous car nous sommes déjà venu à Dover il y a queqlues semaines. C’est difficile de tester sur cette piste car vous ne pouvez pas simuler la gomme déposée si vous n’avez pas quarante-trois voitures. Sur cette piste il y a une bande de gomme à l’extérieur sur laquelle il ne faut pas rouler, soit les pilotes sont au-dessus de celle-ci, en dessous ou alors à cheval, mais pas dessus.”

La polyvalence et la faculté d’adaptation seront de nouveau les clés du succès sur cette piste de Dover. Si elle veut revenir sur la Victory Lane l’écurie n°24 devra alors accepter de ne pas forcément être au top en début de course et de progresser tout au long de l’épreuve.

Alan Gustafson : “Nous devrons sacrifier le début de course pour être présents à la fin. La trajectoire intérieure est la plus rapide, mais vous devez être polyvalent et éviter le dépôt de gomme qui se forme au fur et à mesure de la course.”

Donec suscipit Curabitur commodo vel, libero sem, leo amet,