Jeff Gordon veut le record pour lui

Au début de sa carrière Jeff Gordon était l’homme fort du Charlotte Motor Speedway avec une victoire par saison de 1994 à 1999, 1996 exceptée et à condition de prendre en compte la course hors championnat. Vainqueur de trois Coca-Cola 600 dans cette période (1994, 1997 et 1998), Jeff Gordon a remporté une fois la seconde course de l’année dans cet intervalle, c’était en 1999 et deux succès lors de la All-Star Race en 1995 tout d’abord, puis en 1997 au volant de la T-Rex, une voiture à la conformité plus que limite.

Le troisième et dernier succès de Gordon lors de cette course hors-championnat remonte à 2001 après avoir abîmé sa voiture dans le tout premier tour de la course il avait été autorisé par les officiels, comme plusieurs autres pilotes, à prendre sa voiture de réserve, la raison, le départ de la course avait été donné alors que la piste n’était pas sèche et plusieurs pilotes s’étaient fait surprendre !

Depuis 2001 donc plus aucune victoire pour Gordon dans cette course hors-championnat. Il tentera donc de renouer avec la victoire sur cet ovale et pourrait devenir le premier pilote à quatre succès lors de cette épreuve et surtout à s’être imposé lors de trois décennies différentes. Mark Martin est aussi dans ce cas là en cas de succès samedi soir.

Il y a cependant un problème pour Jeff Gordon et pas des moindres, le programme développé sur les ovales d’un mile et demi est à refaire dans sa totalité puisque la voiture n’est pas compétitive. Cependant, la fin de course étant tellement hachée par les neutralisations qu’il faut avant tout avoir une voiture compétitive sur les restarts. Problème encore pour Jeff Gordon, il ne l’est pas et a une fâcheuse tendance à perdre des places lors des relances.

Jeff Gordon : “Cette épreuve est une course d’équipe et c’est pour ça que je l’aime. Il y a le Pit Crew Challenge le jeudi qui détermine l’ordre dans le choix des emplacements dans la voie des stands pour la course et il y a des arrêts obligatoires. Ce week-end montre quelles équipes sont fortes et je pense que c’est très bien d’avoir un évènement comme celui-ci.”


Avec aucun point en jeu lors de cette course tous les pilotes peuvent prendre le maximum de risques, puisqu’ils n’ont rien à y perdre.

Jeff Gordon : “Il y a un autre élément qui rend cette course excitante et intéressante, nous ne courons pas pour les points c’est donc tout pour la gagne. Les pilotes sont prêts à prendre des risques dans leurs voitures, les chef d’équipes et les ingénieurs prennent des risques dans les réglages.”

Cette prise de risques peut également aider les écuries dans des réglages en vue des Coca-Cola 600 de la semaine suivante, mais la physionomie de l’épreuve All-Star est tellement différente de celle de la plus longue course de la saison qu’il est difficile de tirer des enseignements à l’issue de ce premier week-end de Charlotte.

Jeff Gordon : “Les équipes sont prêtes à prendre des risques sur cette course. Si vous mettez le doigt sur quelque chose au niveau des réglages, vous pouvez vous en servir la semaine suivante pour les 600 miles ou plus tard dans l’année. Les paris font parties de cette course, c’est ce qui la rend excitante. Vous pouvez vous tromper avec eux.”

Qui fera les bons ajustements lors de la pause de dix minutes avant le dernier segment ? Réponse dans la nuit de samedi à dimanche. Car s’il y a bien une chose de certaine sur cette course, les quatre-vingt dix premiers tours ne serviront à rien d’autre qu’à se placer en vue du sprint final où la moindre erreur d’ajustement pour les dix derniers tours se payera cash.

dolor eleifend accumsan libero ut Nullam sem, et, quis in