Tagliani résiste à Dixon et s’offre la pole position !

Le centenaire de l’Indy 500 ne pouvait pas rêver d’une meilleure séance qualification ! Avec 41 pilotes engagés pour 33 places sur la grille de départ et un niveau qui n’a jamais été aussi relevé depuis la scission en 1996, le spectacle a été au rendez-vous samedi 21 mai.


Après une longue interruption due à la pluie, le Fast Nine a pu avoir lieu avec une heure de retard sur l’heure prévue. C’est Buddy Rice qui a lancé les hostilités avec une moyenne de 225,786 mph sur quatre tours lancés.

L’Espagnol Oriol Servia, deuxième à s’élancer lors du Fast Nine allait exploser le temps fixé par Buddy Rice avec quatre boucles à plus de 227 mph de moyenne, 227,168 pour être précis. Invaincu jusqu’alors cette saison en qualification, Will Power devait déposer les armes face à Servia. Le pilote Penske, le seul à jouer la pole position, n’a pu faire mieux que 226,773 mph.

Le pilote de la Sarah Fisher Racing, Ed Carpenter ne parvenait pas non plus à améliorer la marque de l’Espagnol. Il faut dire que l’Américain est sorti très large dans le virage n°2 lors de son deuxième tour ce qui l’a quelque peu handicapé pour réaliser un meilleur temps.

Townsend Bell puis Dan Wheldon allaient tour à tour butter sur le temps du pilote Newman/Haas Racing. Dario Franchitti était bien parti pour décrocher la deuxième place, quand une panne d’essence à la sortie du virage n°2 du dernier tour chronométré annihilait ses chances. Ce contre-temps garantissait la première ligne à Oriol Servia. La réaction de Chip Ganassi ne se faisait pas attendre. Bien que le patron de la Ganassi disposait encore d’une cartouche pour la pole, il se montrait très mécontent de la mésaventure survenue au double vainqueur des 500 miles d’Indianapolis.

Chip Ganassi : “Une erreur comme celle-ci est inadmissible !”

Scott Dixon ne connaissait pas le même problème que son coéquipier et s’emparait de la pole position avec trois tours à plus de 227 mph, pour une vitesse moyenne de 227,340 mph. Le Néo-zélandais tombait cependant en panne d’essence dans son tour de rentrée aux stands.

Alex Tagliani était alors le seul à pouvoir battre les favoris et le Canadien n’a pas flanché sous la pression en signant quatre tours à la vitesse moyenne de 227,472 mph. Grâce à cette superbe performance, Tagliani recevra un chèque de 175 000 dollars, la bague du Poleman mais surtout, 15 point bonus qui lui permettent de recoller au top-5 du championnat.

Tagliani était déjà le meilleur temps de la séance d’essais permettant de valider les vingt-quatre premières positions sur la grille.

Mais alors qu’on attendait les pointures de l’IndyCar comme Helio Castroneves qui a réalisé le tour le plus rapide du mois de mai hier, ou encore Dario Franchitti, c’est Alex Tagliani qui a volé la vedette aux ogres du championnat. Le Québécois auteur du deuxième chrono toutes séances d’essais confondues a prouvé que sa vitesse seul en piste était bien réelle. Lors du Pole Day, écourté par la pluie venue s’inviter en fin de séance et qui a raccourci le Fast Nine, le pilote Sam Schmidt Motorsports a bouclé ses quatre tours à la vitesse moyenne de 226,954 mph de moyenne pour décrocher le meilleur temps sur l’Indianapolis Motor Speedway.


Une séance durant laquelle, l’écurie Andretti Autosport sera malheureusement pour elle bien mal représentée. Complètement incapable de trouver la vitesse nécessaire sur quatre de ses cinq voitures (John Andretti est le seul pilote à s’être qualifié lors du Pole Day), l’écurie de Michael Andretti devra travailler dur cette nuit pour améliorer ses voitures. Même Danica Patrick pourtant la plus rapide de l’armada Andretti Autosport n’a pu s’immiscer dans les 24 plus rapides. Si 2010 ressemblait à un chemin de croix, 2011 pourrait être un enfer… Le plus inquiétant étant le sentiment d’impuissance qui émane de chacun des membres de cette écurie qui fut il n’y a pas si longtemps une candidate à la Pole et à la victoire ici-même. Une situation qui n’est pas sans nous rappeler celle qu’avait connu Penske il y a 16 ans, lorsqu’aucune de ses trois voitures n’était parvenues à se qualifier pour les 500 Miles de 1995.

La suite des qualifications se déroulera donc dimanche après-midi avec le Bump Day qui attribuera les places 25 à 33 et qui devrait lui aussi nous offrir de fortes émotions.

accumsan amet, elementum quis, sit suscipit ultricies sem, venenatis, eleifend risus. elit.