KV Racing Technology : jusqu’ici tout va bien

S’il y une écurie qui a progressé entre 2010 et 2011 c’est bien KV Racing Technology. Rappelez-vous de cette statistique : 37 accidents en une saison dont cinq à Indianapolis lors des essais. Certes le malheur de Jimmy Vasser et Kevin Kalkhoven a fait le bonheur de Dallara (qui peut dire merci à KVRT si son bénéfice a progressé) mais ces quasi fautes professionnelles auraient pu conduire l’écurie a réduire sa voilure.


Fort heureusement il n’en fût rien et en 2011 à nouveau trois voitures sont engagées à temps complet ainsi qu’une quatrième monoplace (engagée en partenariat avec la nouvelle structure SH Racing) confiée à Tomas Scheckter spécialement pour les 500 Miles d’Indianapolis.

En arrivant à Indianapolis, qui plus est première course de la saison sur ovale, il y avait de quoi craindre un nouveau festival d’accidents de la part des pilotes KVRT. Mais c’est bien connu, les pilotes aiment de temps en temps faire mentir les journalistes.

Ainsi Takuma Sato, malgré un travers magnifiquement rattrapé lors de son run de qualification, a brillamment intégré le top-10.
C’est une super sensation pour moi d’être ici et d’être déjà qualifié. L’année passée, on a eu un sale moment en qualification. C’est une journée géniale pour nous. J’ai apprécié le travail de l’équipe aujourd’hui.Ils ont fait un boulot terrible. On travaille de manière très proche avec les autres équipes KV Racing Technology. On a débriefé la nuit dernière après 21H pour être prêts aujourd’hui. Tony Kanaan a beaucoup aidé. Il a une tonne d’idées. Nous avons tous été très bons pour partager notre ressenti.

De son côté E.J. Viso, très souvent décrié, a roulé de façon très intelligente tout au long du mois de mai pour boucler le programme confié par son équipe. Le Vénézuélien s’élancera dimanche 29 mai depuis le 18ème rang après avoir dû composer avec des rafales de vent.
Ce furent des tours confortables. Nous avions une voiture plutôt stable. Je pense que nous pouvons optimiser la voiture un petit peu plus et trouver davantage de vitesse. La piste était plutôt bonne. Les températures étaient encore très faibles. Ce n’était pas trop abrasif pour les pneus. Il y avait du vent dans la ligne droit arrière, donc nous devions jouer avec les barres anti-roulis. Nous pensons que nous avons accomplis ce qu’on attendait (…). C’est une course si longue, la position de départ n’est pas importante, particulièrement pour une distance de 500 Miles.

Considéré comme le leader de l’écurie, Tony Kanaan n’a pas réussi à faire mieux que 23ème et a failli nous rejouer l’épisode 2010 lorsqu’il pilotait pour Andretti Autosport et arracha sa qualification lors du Bump Day. Néanmoins, le Brésilien est confiant quant à sa capacité à gagner des positions lors de la course.
Ce n’est pas vraiment ce que nous voulions. C’est étrange. Nous n’avons pas été capable de trouver la vitesse, donc être dans le top-24 est un bon résultat pour nous. Je ne sais vraiment pas ce qu’il se passe (…). Après l’année passée, plus rien de me surprend à propos de cet endroit (ndlr : l’Indianapolis Motor Speedway). Pour moi, peu importe d’où je démarre. Au premier tour l’année dernière, j’étais 33ème. A 10 tours de l’arrivée, j’étais deuxième. Ca n’a donc pas d’importance.

Enfin dernier représentant de l’armada KVRT, Tomas Scheckter. Le Sud-Africain roule pour la nouvelle écurie SH Racing (qui bénéficie du soutien technique de KVRT) et son retour à la compétition sur une piste qu’il adore se traduit par des résultats encourageants. Dimanche, il partira depuis le 22ème rang, sur la huitième ligne.
Ces gars ont travaillé sans relâche. Je dois remercier mon équipe pour avoir travaillé si dur. On a bataillé ce mois-ci. Quelques fois, c’est ce qu’il se produit à Indy. On va continuer à travailler dur. On se sent bien parce que nous ne pensions pas avoir ce potentiel dans la voiture. Je ne pensais pas pouvoir en faire partie (ndlr : des 24 qualifiés). Donc mettre bout à bout quatre tours plus rapide que ce que nous avions fait auparavant, je me dois d’être satisfait de ça.

ut consequat. id ut leo suscipit tristique dolor Donec