Carnet de bord Indy 500 : jour 3

Chers lecteurs,

Ce troisième jour à Indianapolis restera je pense à jamais gravé dans ma mémoire pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, le circuit a ouvert ses portes aux spectateurs et l’on commence vraiment à ressentir l’engouement des Américains pour cette épreuve. On y voit des familles entières se rendre sur le Speedway, flâner dans l’infield et se ruer vers les boutiques de produits dérivés. Pour résumer, l’affluence est presque identique à un jour de qualifications en Formule Un sauf qu’aujourd’hui, il n’y avait aucune activité en piste !

Ensuite tout en marchant dans la Gasoline Alley et dans les garages, j’ai eu la bonne surprise de me faire doubler par un certain W.P. actuel leader du championnat et qui circulait à vélo (pour ceux qui se creusent encore la tête il s’agit de Will Power). Cinq minutes après, nous avons vu Vitor Meira improviser une séance d’autographe devant son garage tandis que 30 mètres avant, Ryan Briscoe sortait de son box pour discuter avec de charmantes supportrices australiennes. Ces exemples illustrent bien la mentalité qui règne en IndyCar. Les pilotes ne sont pas des êtres supérieurs qui doivent être protégés des “petits” spectateurs à l’instar de ce qui se pratique en Europe. Ici tout est fait pour que chacun participe au “show”. Aussi bien les spectateurs, les mécaniciens, les journalistes que les pilotes apportent leur pierre à l’édifice pour promouvoir leur discipline favorite.


Ce sentiment s’est encore renforcé lorsqu’Arnaud et moi avons rencontré le célèbre Michael Cannon, ingénieur de piste sur la voiture de Tony Kanaan. Alors qu’il surveillait l’entraînement aux pit-stops de son équipe, Cannon a pris le temps de répondre à nos questions d’une manière très professionnelle et détendue, nous invitant même à le retrouver jeudi durant sa préparation de l’épreuve de Milwaukee. Une chose impensable sur notre vieux continent…

Je vous laisse pour aujourd’hui en vous avertissant qu’il n’y aura peut-être pas de billet demain. En effet dans la soirée de jeudi, nous allons manger avec Stéphane Grégoire et il sera peut-être tard pour que je rédige quelque lignes sur les évènements de la journée. Donc je ferai de mon mieux mais ne vous garantis rien.

Kévin Vernaz

Retrouvez chaque jour le carnet de bord de Kévin Vernaz, envoyé spécial sur l’Indianapolis Motor Speedway.

id et, pulvinar Donec efficitur. eleifend