Kevin Harvick surgit de nulle part !

Kevin Harvick a finalement remporté les Coca-Cola 600 sur le Charlotte Motor Speedway en économisant au maximum les dernières gouttes de carburant présente dans son réservoir lors de la dernière neutralisation. Le pilote de la Richard Childress Racing s’est mis à l’intérieur et a été poussé par Jeff Burton et Paul Menard afin de ne pas passer par la voie des stands une fois supplémentaire.

Kasey Kahne relançait en tête à l’extérieur avec à ses côtés Dale Earnhardt Jr. pour le green-white-checker. Neuf pilotes avaient fait le pari de ne pas ravitailler lors de cette dernière neutralisation causée par l’explosion du moteur de Jimmie Johnson et le restart s’annonçait explosif.

Après avoir fait patiner ses pneumatiques Kasey Kahne perdait la tête de l’épreuve au profit de Dale Earnhardt Jr. et tombait en panne d’essence. Derrière eux c’était un bazar sans nom. Jeff Burton se retrouvait en travers dans le virage n°1 et les officiels décidaient de continuer sous régime de drapeau vert. Le pilote de la Chevrolet n°88 abordait le dernier tour de l’épreuve en tête et pensait bien mettre un terme à cent-six courses sans victoire (NDLR : sa dernière victoire remonte au Michigan en 2008 dans une course qui s’était également jouée à la consommation), mais dans le dernier virage la panne d’essence tant redoutée est arrivée et c’est finalement Kevin Harvick qui a dépassé Dale Jr. pour la gagne.

Au final Kevin Harvick coupe la ligne avec 703 millièmes d’avance sur David Ragan. Joey Logano, qui a hérité de deux free pass lors des neutralisations termine troisième devant Kurt Busch, A.J. Allmendinger, Marcos Ambrose, Dale Earnhardt Jr., Regan Smith, David Reutimann et Denny Hamlin.

Matt Kenseth, pilote qui a le plus mené avec cent-trois boucles parcourues en tête a lui aussi tenté cette stratégie à la consommation, mais a dû rentrer quelques instants seulement avant l’agitation de la dernière neutralisation de la soirée.

Parti depuis la pole position Brad Keselowski a mené les sept premiers tours avant de laisser le commandement de l’épreuve à Carl Edwards. Ce dernier sera le meilleur pilote lors de la partie diurne de l’épreuve, mais avec son équipe ils n’ont pas su adapter correctement la Ford n°99 pour que celle-ci puisse fonctionner parfaitement pendant la nuit. Résultat il s’est classé seizième, alors que le poleman a pris la dix-neuvième place, dernier pilote dans le tour.

En tête lors d’un restart au 302ème tour, Kyle Busch choisissait de ravitailler cinq boucles plus tard avec Kenseth, Hamlin et Stenhouse, après qu’un accident entre Mark Martin, David Gilliland et Ryan Newman ait forcé les officiels à neutraliser la course pour la onzième fois.

Reparti dans le milieu du peloton le plus jeune des frères Busch allaient être à l’origine des deux neutralisations suivantes au tour 318 pour un rodéo dans l’herbe, puis au tour 343 pour un tête à queue dans le virage n°2.


Lors de la relance au tour 349 c’est Jeff Gordon qui occupait la tête, mais le quadruple champion de la NASCAR se faisait immédiatement déposséder de son bien par Greg Biffle. Au tour 396 la quatorzième et dernière neutralisation était effective suite à la casse du moteur de Jimmie Johnson. La suite, tout le monde la connaît.

Au classement général, Carl Edwards conserve la tête du classement général alors que Kevin Harvick fait la bonne opération de la soirée en gagnant trois positions pour se retrouver à la deuxième place à trente-six longueurs du pilote Roush. Mark Martin perd pour sa part trois places et est désormais quatorzième à dix-neuf points d’une qualification directe pour les playoffs.

sed ut neque. luctus ultricies venenatis, amet, Aliquam