On aimerait bien les revoir cette année

Traditionnellement, les 500 Miles d’Indianapolis attirent chaque année un certain nombre de pilotes ne disputant pas le championnat IndyCar dans son intégralité.

L’occasion pour quelques vétérans de faire leur course annuelle (Davey Hamilton, John Andretti), mais également pour certains pilotes sans baquet de se rappeler au bon souvenir de tous en cas de bonne performance.

Parmi eux, ils sont quelques uns à avoir marqué les esprits ce week-end. Quelques pilotes que l’on aimerait bien revoir en piste cette année…

Dan Wheldon

Honneur au vainqueur. Il est très rare de voir un « pigiste » réussir à l’emporter à Indy, a fortiori en étant engagé par une équipe qui n’a qu’une seule course en IndyCar pour toute expérience. C’est pourtant l’exploit peu commun réalisé par Dan Wheldon ce week-end. A pied depuis la fin 2010, à l’issue de sa collaboration avec le Panther Racing, Dan Wheldon disputait à Indy ce qui devait être sa seule course de l’année pour le compte de l’équipe de Bryan Herta. Après sa victoire, Wheldon a rappelé avec malice que son contrat expirait le soir même à minuit !

Trainant une réputation de pilote immature, prétentieux et adepte des déclarations à l’emporte pièce, Wheldon a acquis ce mois-ci une nouvelle dimension. L’homme semble avoir muri et le pilote a su prendre ses responsabilités en motivant son équipe et en lui faisant comprendre qu’un exploit était possible.

Sa victoire fut un modèle du genre. Constamment aux avant-postes, il restait cependant discret et patient avant de porter l’estocade en fin de course et d’être idéalement placé pour profiter de l’erreur de J.-R. Hildebrand.

Avec cette seconde victoire sur le Speedway, Dan Wheldon entre de plein pied dans la légende. A 32 ans seulement, il a encore plusieurs belles saisons devant lui et nul doute que Bryan Herta est à pied d’œuvre pour monter un programme complet pour la saison prochaine. Quelques piges en 2011 seraient cependant les bienvenues. Dan a prouvé qu’il mérite sa place aux côtés des cadors de l’IndyCar.

Bertrand Baguette

Le champion des World Series by Renault avait quelque peu déçu au sein de la petite équipe Conquest la saison passée, avec une dizième place pour meilleur résultat. Cet hiver, Bertrand n’était pas parvenu à réunir le budget nécessaire pour disputer la saison 2011 dans son intégralité. Heureusement, il est parvenu à monter un programme pour Indianapolis avec l’expérimentée équipe Rahal Letterman Lanigan LLC, victorieuse en 2004 avec Buddy Rice. Saisissant cette chance à bras le corps, Bertrand se faisait remarquer dès les premiers essais, puis décrochait la 14ème place sur la grille de départ.

En course, il se maintenait toujours dans le premier tiers du plateau et prenait la tête en vue de l’arrivée quand Danica Patrick devait rentrer ravitailler. L’équipe de Bobby Rahal comptait sur un drapeau jaune en fin de course (très fréquent à Indy) pour économiser du carburant. Malheureusement, celui-ci ne vint pas et Bertrand dû à son tour ravitailler à trois tours de l’arrivée. Classé finalement 7ème, Bertrand décroche néanmoins son meilleur résultat en carrière et a pu prouver sa vraie valeur. La performance de Bertrand n’a pu échapper à personne et il serait dommage que sa saison s’arrête maintenant.

Pippa Mann

Des quatre femmes engagées, Pippa Mann était sans conteste la moins expérimentée. Indianapolis était sa première course en IndyCar. Engagée par le Conquest Racing au côté du très jeune et encore inexpérimenté Sebastian Saavedra, Pippa n’avait pas la partie facile pour une première participation. Elle a néanmoins su relever le défi et a réussi, au contraire de Saavedra, à décrocher son ticket pour la course. Pendant les 500 Miles, Pippa n’a pas mis une roue de travers et a terminé vingtième à deux tours de Wheldon. Une première prometteuse pour la Britannique.

Townsend Bell

On oublie souvent que Townsend Bell avait tenté sa chance en F3000 (un podium pour meilleur résultat) et fut un temps pilote d’essais pour l’équipe Jaguar en Formule 1. Reparti aux States en 2004, Townsend n’a depuis disputé que des saisons partielles en IndyCar, avec seulement 22 départs en sept ans. Depuis 2009, Indianapolis est sa seule sortie de l’année. Déjà auteur d’une très belle quatrième place en 2009, Townsend Bell a de nouveau produit une superbe performance ce week-end. Exploitant parfaitement une Dallara très bien préparée par le Sam Schmidt Motorsport, il fait partie des pilotes qu’on a le plus vu dans le top 5 dimanche. Malheureusement, un accrochage avec Ryan Briscoe au 158ème tour a mis fin à sa prestation. Aujourd’hui, on s’interroge vraiment sur le réel niveau de Townsend Bell. Serait-il capable de rééditer ces bonnes performances sur d’autres courses ?

Ho-Pin Tung

OK, le week-end du pilote Chinois s’est interrompu prématurément sur un gros accident lors des séances libres. Le retrouver dans cette « short list » va peut-être choquer certains, mais force est de constater que jusqu’à son crash, Ho-Pin Tung avait impressionné les observateurs par sa régularité et sa pointe de vitesse. Tous les ingrédients étaient réunis pour une qualification sans problème. Le sort en a décidé autrement, mais on est vraiment curieux de revoir Ho-Pin à l’œuvre rapidement. Aura-t-il l’occasion de confirmer le potentiel entrevu lors des essais libres ? On le lui souhaite.

leo. libero leo mi, Donec suscipit eget commodo