Les progrès de Brad Keselowski récompensés

Pour cette saison 2011 de NASCAR Sprint Cup Series, Brad Keselowski voulait franchir un palier pour s’affirmer au sein du peloton. Première nouveauté : un passage dans l’équipe n°2 aux moyens financiers bien plus élevés que l’ex n°12. En ce qui concerne son équipe, Roger Penske avait sélectionné les meilleurs éléments de la n°12 ainsi que de la n°22 en Nationwide, équipe avec laquelle Keselowski a décroché le titre la saison passée, avec son crew chief Paul Wolfe avec qui il est désormais associé en Cup.

Avec une telle armada autour de lui, Keselowski espérait bien terminer dans le top-15 régulièrement et rentrer au minimum dans le top-20 du classement général. Et pourtant, ses espoirs de bien figurer avaient pris du plomb dans l’aile puisque lors des neuf premières épreuves, il n’avait signé qu’un seul top-15, une quinzième place à Phoenix. A l’issue de la course de Richmond, il pointait à une désespérante 28ème place au classement général.

Puis est arrivée la course de Darlington. Keselowski y faisait une course sans histoire avant que la stratégie ne s’en mêle en fin d’épreuve. Malgré des pneumatiques à l’agonie, le pilote de la Dodge Charger n°2 parvenait à terminer troisième en signant ainsi son premier top-5 de la saison. Le pilote Penske parvenait pour la première fois de la saison à se montrer régulièrement à l’avant du peloton le week-end suivant à Dover avec une treizième place à la clé et 85% de tours bouclés dans le top-15.

A Charlotte, le champion Nationwide 2010 se montrait une première fois à son avantage lors du Sprint Showdown en terminant deuxième. Il se qualifiait ainsi pour le All-Star. Lors des Coca-Cola 600, il signait sa première pole position de l’année. Auteur d’une course d’un niveau très élevé, Keselowski perdait néanmoins toute chance de bien figurer en enfonçant lourdement le nez de sa Dodge dans la Toyota de Kahne alors en panne d’essence sur le dernier restart alors qu’il aurait clairement pu viser la victoire.

Mais l’impair a été réparé dès le Kansas. Une fois de plus, la course s’est jouée à la consommation et Keselowski a encore montré ses aptitudes à conduire de façon économe. Régulièrement aux avant-postes, il a profité des circonstances pour aller chercher sa seconde victoire en carrière et remonter à la vingt-et-unième place du classement général.

Du coup s’il continue sa progression et qu’il rentre dans le top-20 du classement général, il pourrait très bien aller chercher une place dans le Chase grâce à l’une des deux wild-cards. Il lui reste douze courses pour réaliser son rêve.

dolor. Lorem ut ante. sit libero facilisis dapibus eget Aliquam diam tristique