Le ‘Golden Boy’ rejoint Darrell Waltrip et Bobby Allison !

Jeff Gordon n’a peut-être plus vingt ans, mais il a démontré dimanche sur le Pocono Raceway qu’il était encore dans le coup en remportant les 5-Hour Energy 500 en NASCAR Sprint Cup.

“Je suis tellement content de faire partie de ce sport. Je vais avoir 40 ans cette année, je suis un vieux.” a déclaré Gordon sur la Victory Lane après s’être imposé avec 2.965 secondes d’avance sur Kurt Busch.

Statistiquement, le ‘vieux pilote’ fait déjà partie de l’histoire de la NASCAR. Sa victoire de dimanche est sa deuxième de la saison et sa cinquième sur le tracé si particulier de Pocono. Ce succès est également le 84ème de sa carrière et il rejoint ainsi Darrell Waltrip et Bobby Allison à la troisième place des pilotes les plus victorieux de l’histoire.

Comme le quadruple champion l’expliquera après la course, l’épreuve s’est jouée dans les stands. Les mécaniciens de la Chevrolet n°24 ont réussi à placer Gordon devant Busch lors d’une neutralisation pour débris au 156ème des 200 tours de course. Gordon a ensuite pu creuser l’écart sur le peloton et filer vers la victoire.

Durant une autre série de ravitaillements sous drapeau vert au 177ème tour, les mécaniciens de Gordon ont une nouvelle fois effectué un sans faute permettant au pilote du Hendrick Motorsports de prendre encore plus d’avance sur Busch.

“Si nous pouvons être devant, je pense que nous pouvons faire quelque chose” avait expliqué Gordon à son crew chief Alan Gustafson avant le ravitaillement du 160ème tour. Et c’est exactement ce qui s’est passé.

“C’est vous les gars qui avez gagné cette course.” a crié Gordon dans sa radio en passant la ligne ligne d’arrivée.

Kyle Busch a terminé troisième suivi par Jimmie Johnson, Kevin Harvick et Dale Earnhardt Jr. A noter cependant que la Toyota n°18 de Busch a été déclarée non conforme lors de l’inspection d’après course. L’avant gauche de la voiture a été mesuré trop bas. Si une pénalité doit tomber, elle sera annoncée plus tard dans la semaine.

Juan Pablo Montoya, Matt Kenseth, Ryan Newman et Martin Truex Jr. ont complété le Top-10 de cette épreuve. Le leader du championnat Carl Edwards a cassé son moteur à 58 tours du drapeau à damier et a finalement été classé 37ème. Il conserve la première place du classement général, mais ne compte maintenant plus que six points d’avance sur Johnson et 10 sur Earnhardt.

Une nouvelle fois le “Clean air” s’est montré décisif. Le poleman Kurt Busch, pourtant très rapide, n’a pas été en mesure de revenir sur Gordon lors du dernier run de 41 tours sous drapeau vert.

“C’était super, une belle bagarre avec Jeff Gordon à la fin. Cela a commencé environ 70 tours avant l’arrivée quand nous avons pris la tête du peloton. Ensuite il y a eu cette neutralisation et la 24 nous a battu dans les stands.”

“Je pensais que nous pourrions revenir sur lui après 15 tours. C’est ce que nous avons fait durant toute la course. Nous avons réussi à gagner du terrain à la fin, mais je n’ai jamais vraiment pu le menacer. Le vieux ‘Golden Boy’ l’avait en lui aujourd’hui”.

Denny Hamlin, quadruple vainqueur à Pocono, a mené 76 tours avant de casser une valve et de devoir repasser par son stand après le 160ème tour. Il a terminé 19ème. Au classement général il perd une position et point désormais à 12ème. Gordon est maintenant 11ème, son meilleur classement depuis sa victoire à Phoenix lors de la deuxième course de la saison.

Après une série difficile qui avait débuté avec son accident à Las Vegas, Gordon pense que son équipe prend maintenant toute la mesure de son potentiel.

“Nous n’étions pas à l’aise avec nos résultat. Quand je suis arrivée avec Alan et les mécaniciens, je savais qu’ils avaient quelque chose de spécial. Phoenix est arrivé un peu plus tôt que prévu et nous avons ensuite enchainé les mauvais résultats. Nous n’étions simplement pas compétitifs. Mais c’est équipe est très forte. Elle croit en vous et vous devez croire en elle. Vous travaillez ensemble et voilà le résultat.”

accumsan dictum eleifend ut Sed id Praesent Phasellus lectus commodo leo.