iRacing rejoint la réalité avec la version 2.0

Inutile de présenter une énième fois iRacing, le plus authentique simulateur de sport automobile. Pour les petits retardataires, voici de quoi vous mettre à la page avec cette présentation.

On pensait que Dave Keammer et son équipe avait atteint la perfection. Mais voilà qu’ils reviennent à la charge en nous proposant cet été une version 2.0 encore plus proche de la réalité. Alors, effet d’annonce ou réelle révolution ?


N’y allons pas par quatre chemin, cette nouvelle mouture est une révolution. Hormis les améliorations sonores et graphiques (plus de détails sur la piste, filet de protection et levier de vitesse qui vibrent et donnent plus de vie à l’habitacle) ainsi que la possibilité entre autre de partager son baquet pendant une course d’endurance, la nouveauté vient de la physique des pneumatiques. Alors que certaines disciplines permettaient un pilotage violent dans la précédente version, il faudra désormais prendre soin de ses quatre enveloppes sans quoi il vous sera difficile de rester sur la piste plus d’une dizaine de tours. Car en plus de l’usure, iRacing.com prend également en compte la température en temps réel des pneumatiques. J’entends certains dire “Comme GTR en somme.“. Pour vulgariser oui. Sauf qu’ici, Keammer est allé jusqu’à reproduire de façon authentique chaque architecture pneumatique utilisée dans les différentes disciplines. Du jamais vu !

Voici les déclarations de Keammer à propos de ce lancement :
J’ai dédié ma vie professionnelle, sur plus de 20 ans à travailler sur des simulations de course automobile et des modèles physiques. Ce nouveau modèle de pneumatique est notre meilleur aboutissement de tous les temps. C’était un défi incroyable et ça nous a pris un temps fou pour développer et comprendre de façon mathématique le comportement d’un pneu à la limite et dans toutes les conditions. Et ce n’était que la première phase. Ensuite il s’agissait de transférer cela dans un modèle fonctionnant dans la simulation et c’était un sacré défi et un travail de dur labeur mais qui nous tenait à coeur. Les pneus sont clairement la chose la plus difficile à simuler pour n’importe quel titre de course, mais je pense que nous avons réussi ! Je pense que ça va amener la simulation de course à un tout nouveau niveau de plaisir et de réalisme.

Pour les plus impatients, les nouveaux pneus sont déjà disponibles avec la toute nouvelle COT de Nationwide. Et pour avoir avoir eu l’occasion de l’essayer sur la piste d’Elkhart Lake, Keammer n’a pas menti. Il faut réapprendre à piloter une stock-car. Mais le plus étonnant reste la communication entre la voiture et la piste. Une merveille tout simplement qu’il me tarde d’essayer sur les ovales et sur la monoplace d’IndyCar.

amet, vel, ut massa consequat. ut neque. accumsan facilisis ut