Et McMurray émergea pour signer un top-5

Les Daytona 500, les Brickyard 400 et la seconde course de Charlotte, voilà ce qu’avait accroché à son palmarès Jamie McMurray en 2010. Difficile de croire qu’en ce milieu de saison 2011 il n’ait pas la moindre victoire, végète en fond de top-30 et ne compte qu’un seul top-5 pour trois top-10 et autant d’abandons !

En arrivant à Indianapolis, McMurray était dans la peau du tenant du titre qui n’a absolument rien à perdre. Alors pourquoi ne pas tenter un coup histoire d’être le second pilote après Jimmie Johnson à s’imposer à deux reprises ?

Naviguant anonymement entre la neuvième et la vingt-huitième place tout au long de la course, McMurray a effectué son dernier arrêt à trente-cinq tours du but lors de la dernière neutralisation. L’objectif était de rallier l’arrivée sans ravitailler de nouveau.

L’objectif a été atteint, mais à quel prix ? Deux secondes par tour plus lent que tous les pilotes qui étaient dans l’obligation de ravitailler de nouveau McMurray a tout fait pour économiser son carburant et ne pas rentrer à moins de cinq tours de l’arrivée.


Deuxième à trois tours du but, McMurray attendait une hypothétique panne d’essence du leader Paul Menard, tout en espérant que Gordon et Smith ne reviennent pas trop fort. Mais c’était peine perdue. Non seulement Menard n’est pas tombé en panne d’essence, mais en plus Gordon et Smith l’ont mangé tout cru. Il faut dire que la différence de vitesse était telle qu’il ne pouvait espérer mieux.

McMurray a cependant pu contrer le retour de son ex-coéquipier de la Roush Fenway Racing, Matt Kenseth pour terminer quatrième et ainsi éclaircir une saison bien terne sur le plan des résultats.

Jamie McMurray : “Je suis très heureux. Nous avons une année difficile, beaucoup de choses ne vont pas. En fin de course je voulais mener car je savais que ce serait plus facile à défendre. On a eu un peu de chance aujourd’hui. Quand ils m’ont dit que Gordon était deux secondes derrière j’aurais préféré mener et mettre pied au plancher quitte à tomber en panne d’essence que de terminer deuxième.”

Nullam mattis ut ut id leo ut