Paul Menard a profité des circonstances pour s’imposer

Parti en quinzième position Paul Menard est resté dans le top-20 lors du premier quart de la course avant de tomber dans le classement suite au premier ravitaillement. C’est justement au grès des ravitaillements que Menard a vu sa position évoluer. Tantôt dans le top-5, tantôt aux limites du top-30, une chose était certaine, il n’avait pas la voiture pour s’imposer à la régulière.

Slugger Labbe, son chef d’équipe a eu beau effectuer tous les ajustements possibles et imaginables, Menard avait toujours une voiture de top-15, de fond de top-10 au mieux. Mais encore une fois cette saison une course de NASCAR Sprint Cup Series allait se jouer à la consommation. Paul Menard, dix-neuvième du classement général avant la course faisait partie des pilotes qui n’avaient rien à perdre.

Lors de la dernière neutralisation plutôt que de rester sur la piste comme la majorité des favoris, Labbe a la bonne idée de rappeler son pilote pour faire le plein de carburant et prendre deux pneumatiques.

Lors de la relance il reste trente-quatre tours à boucler. Slugger Labbe sait que son pilote est trop court de deux tours et demande à son pilote d’économiser et de rouler au moins une seconde moins vite que les temps habituels. Rapidement tous les leaders, par crainte d’une neutralisation décident de ravitailler. Menard, en compagnie de McMurray et Martin notamment se retrouvent dans le groupe de tête et continuent d’économiser. Jeff Gordon qui vient de ravitailler et a deux pneus frais tourne deux secondes plus vite par tour que tout ce beau monde. Il a trente-cinq secondes de retard il reste vingt tours, l’équation est simple, à ce rythme là Gordon les double à deux tours du but et va s’imposer.

Sans s’affoler Menard laisse la tête à McMurray à dix tours de l’arrivée, avant de la reprendre à quatre tours du but. Derrière Jeff Gordon est à moins de huit secondes, mais Menard est toujours à l’économie. Lorsque Gordon prend la deuxième place, Menard reçoit un message dans sa radio, il reste deux tours, il peut aller au bout.


Gordon revient à moins d’une seconde, mais Menard parvient à conserver l’avantage pour décrocher sa toute première victoire en NASCAR Sprint Cup Series. Outre le fait de s’imposer sur l’ovale le plus prestigieux du Monde, Menard fait également la bonne opération du jour, il gagne cinq places au classement général et se retrouve désormais détenteur de la seconde wild-card.

Paul Menard : “Nous avons gagné en Sprint Cup. C’est un gros coup. Vous ne pourrez pas changer l’opinion des gens, ils continueront de dire ce qu’ils veulent sur moi. Cela me va. Nous allons célébrer cette victoire et en profiter. Nous allons travailler dur pour Pocono, pour essayer de faire le Chase. Je sais ce dont je suis capable. J’ai confiance en Richard, Slugger et le reste de l’équipe. Tout le monde pense que je peux en gagner une ou deux autres.”

Virtuellement qualifié pour les playoffs alors qu’il reste six courses dans la saison régulière, la question est maintenant de savoir si le pilote de la Richard Childress va tenir la distance ou au contraire exploser en plein vol sous la pression. Auteur d’un début de saison plus que correct, Menard était peu à peu rentré dans le rang à tel point qu’il se dirigeait vers une nouvelle saison banale. Cette victoire va-t-elle faire office de détonateur et libérer totalement ce pilote si souvent décrié ?

libero nec elit. ultricies venenatis, id consectetur eget felis justo