Simon Pagenaud fonde ses espoirs sur 2012

Le 28 juillet, deux Français ont pris le volant d’une Dallara d’IndyCar sur le circuit routier de Mid-Ohio.

Le premier fut Sébastien Bourdais dont la tâche était de poursuivre le développement des monoplaces engagées par Dale Coyne Racing. Le second n’était pas inconnu dans le paddock, bien au contraire. Engagé dans l’épreuve du Barber Motorsports Park par Dreyer & Reinbold Racing en remplacement d’Ana Beatriz alors blessée au poignet, Simon Pagenaud avait fait forte impression aux yeux de tous les observateurs. Huitième au baissé du drapeau à damier pour son retour dans le baquet d’une Formule Indy, le Français avait gagné pas moins de 15 positions pour décrocher un superbe top-10.


Je rêvais d’IndyCar depuis plusieurs années et j’ai eu ma chance de démontrer au paddock de l’INDYCAR ce que je pouvais faire. Fort heureusement, j’ai obtenu un bon résultat ce qui m’a procuré beaucoup d’intérêt de la part de pas mal d’équipes. J’ai donc discuté avec mon agent qui a parlé à des écuries. Sam Schmidt est l’une d’entre elles.

Pour le moment il ne s’agit que d’un test. Sam Schmidt est en train d’évaluer quels candidats seront retenus en vue de piloter la deuxième monoplace de l’écurie l’année prochaine. En tout cas, la carte “Pagenaud” ne manque pas d’intérêt car en plus d’être un pilote rapide et sûr, il est un excellent pilote de développement comme peuvent en témoigner Honda et Peugeot pour lesquels il a piloté en endurance. Et à l’aube de l’introduction de la nouvelle voiture, ce critère pourrait s’avérer déterminant alors que toutes les équipes repartiront de zéro.

Ce sera intéressant parce que ce sera une nouvelle voiture donc il y aura beaucoup de choses que les écuries chercheront. Les pilotes auront beaucoup d’éléments sur lesquels ils devront s’ajuster, ce qui est toujours délicat et ce sera une nouvelle ère pour les ingénieurs. Ce sera très important de travailler tous ensemble en tant qu’équipe. Je pense que les équipes qui travailleront bien ensemble, qui auront des pilotes solides et de bons ingénieurs seront celles qu’il faudra surveiller l’année prochaine. Et j’adore le côté technique des courses.

Dans sa carrière en Amérique du Nord, Pagenaud a fait ses classes en Formule Atlantic, discipline dans laquelle il a battu Graham Rahal pour le titre en 2006. Avec une bourse de 2 millions de dollars, il accéda au ChampCar en 2007. En tant que coéquipier de Will Power, il décrocha trois quatrième places consécutives lors des épreuves canadiennes et se classa finalement huitième du championnat.

nec luctus elit. elit. diam venenatis dolor nunc dictum leo. porta.