Dale Earnhardt Jr. doit vite se ressaisir

Pour la seconde venue de la NASCAR Sprint Cup à Pocono, Dale Earnhardt Jr. ne doit pas avoir l’esprit très tranquille. Le pilote de la Hendrick Motorsports sait qu’il joue gros ce week-end puisqu’il pourrait sortir du top-10. S’il avait signé une encourageante sixième place lors de la première épreuve, c’est également à partir de cette date que tout a commencé à aller de travers pour lui.

Six courses ont eu lieu depuis les 5-Hour Energy 500 au mois de juin et le constat est sans appel : aucun top-10 pour Dale Jr., une quinzième place comme meilleur résultat au New Hampshire et un passage de la troisième à la dixième place du classement. En un mois et demi, le pilote de la Chevrolet n°88 est passé de pilote confortablement installé dans le top-5 du championnat à celui de pilote directement menacé de sortir du top-10. A l’époque, il comptait 71 points d’avance sur le onzième du général : il n’en a plus que 19 aujourd’hui.

Et il y a beaucoup de raisons de s’inquiéter pour le chouchou du public. D’une part, une série de six courses sans top-10 n’est jamais simple à stopper. D’autre part, Dale Jr. n’est pas un pilote capable de jouer la victoire tous les week-ends. A Martinsville, il se faisait dépasser par Kevin Harvick à quelques tours du but avant de se classer deuxième. Lors des Coca-Cola 600, il tombait en panne d’essence dans le dernier virage alors qu’il était en tête, la victoire revenant à Harvick une fois de plus.

A l’époque, les motifs de satisfaction étaient assez nombreux. Après un paquet de saisons calamiteuses, le fils du septuple champion NASCAR revenait enfin dans une forme satisfaisante et se positionnait à nouveau comme un vainqueur potentiel d’une course. Mais aujourd’hui, le constat est autre : Dale Earnhardt Jr. a laissé filer deux occasions de s’imposer et pourrait le payer très cher au soir de Richmond en ratant le Chase comme ces deux dernières années.

Son plus gros rival pour la dixième place se nomme aujourd’hui Denny Hamlin. Le pilote de la Joe Gibbs Racing dispose d’un avantage certain avec sa victoire obtenue au Michigan puisqu’il peut se permettre de sortir du top-10 tout en étant qualifié pour les playoffs grâce à l’une des deux wild-cards. Pour le pilote Chevrolet, la situation est beaucoup plus complexe puisqu’il n’a pas gagné cette année. S’il ne termine pas dans le top-10, il ratera le Chase. Une fois de plus.

Si la situation doit s’améliorer pour le pilote de la Chevrolet n°88, il y a malheureusement peu de chances que ce soit dès ce week-end. Dale Earnhardt Jr. et l’ovale de Pocono ne sont pas de grands amis puisqu’il n’a terminé que sept fois dans le top-10 en vingt-trois courses, dont une seule fois lors des six dernières épreuves. Denny Hamlin ne joue pas dans la même cour avec deux succès lors des quatre derniers rendez-vous sur l’ovale de 2,5 miles.

La seconde option pour le pilote Hendrick serait de se concentrer d’avantage sur Tony Stewart pour terminer devant lui au championnat puisqu’il n’y a que trois points d’écart entre les deux pilotes, en faveur du double champion de la NASCAR. Le pilote / propriétaire ne s’est toujours pas imposé cette année mais compte deux victoires à Pocono. L’occasion pour lui de remporter son premier succès de l’année tout en confortant sa place dans le Chase ?

Curabitur diam eget elementum lectus venenatis, Phasellus