Pocono tombe à pic pour Denny Hamlin

Qui dit Pocono dit Denny Hamlin. Et pour cause : en onze participations, le pilote de la Joe Gibbs Racing a déjà signé deux poles positions, quatre victoires, sept top-5 et huit top-10. Ses statistiques ont réellement de quoi effrayer la concurrence et il sera comme d’habitude le grandissime favori de l’épreuve, même s’il n’est pas dans une forme olympique.

Depuis ses débuts à Pocono, Hamlin a donc terminé seulement trois fois en dehors du top-10 comme lors de la première course de cette année où il avait connu un problème de soupape au 160ème tour. Lors de la première course de 2009, la Toyota Camry n°11 avait connu des problèmes moteurs dès le départ, synonyme de 38ème place pour son pilote. On notera également une vingt-troisième place en 2008.

Si l’on excepte ces trois épreuves, Denny Hamlin comptabilise un rating moyen hallucinant de 130,9 ! La raison est simple : à chaque fois que le pilote Gibbs a terminé dans le top-10 à Pocono, il a systématiquement signé un rating supérieur à 119,5, figurant toujours dans le top-3 sur cette statistique.

Depuis l’instauration des statistiques début 2005, treize courses ont été disputées à Pocono. Hamlin n’en a disputé que onze puisqu’il est arrivé en Sprint Cup en 2006, pourtant c’est bel et bien lui qui a mené le plus de tours sur cette période avec 574 boucles passées en tête contre seulement 404 à Kurt Busch, qui a pourtant disputé deux courses de plus, et 243 à Jimmie Johnson. Le trio de tête est toujours le même en ce qui concerne les meilleurs tours en course où le meilleur rookie de la saison 2006 est toujours loin devant ses adversaires.

Denny Hamlin détient également les meilleures statistiques en ce qui concerne les positions moyennes au départ, à la mi-course, à l’arrivée et en course. Vous l’aurez donc compris, Denny Hamlin sera l’homme à battre lors de cette 21ème épreuve de la saison. Faut-il en conclure qu’il gagnera facilement ce week-end ? Rien n’est moins sûr.

L’année dernière, Denny Hamlin n’était pas un monstre de régularité lors de la saison régulière mais il était néanmoins beaucoup plus performant. Après Indianapolis, il avait signé seulement huit top-10, soit un de plus que cette année, mais aussi cinq victoires (dont la première course de Pocono). Cette saison, son seul succès a été décroché au Michigan.

Si ses victoires pouvaient compenser ses passages à vide l’an passé, ce n’est plus le cas cette année. Le voici donc seulement onzième du classement général à 19 points du top-10 dont la dernière place est détenue par Dale Earnhardt Jr., victime d’un gros passage à vide depuis le Michigan.

Cette position va obliger Denny Hamlin et son équipe à tirer le maximum de leur monture pour intégrer ce fameux top-10, sans toutefois prendre le moindre risque au niveau stratégique, ce qui pourrait leur coûter très cher au niveau mathématique en cas d’échec. Le pilote de la Joe Gibbs Racing devrait donc être conservateur dans les prochaines semaines puisque la recherche d’un bon résultat sera sûrement plus importante que d’aller chercher la victoire à tout prix.

Soyons clairs : avec sa victoire du Michigan, le pilote Toyota est quasiment qualifié pour les playoffs, reste à savoir s’il se qualifiera dans le top-10 ou avec une wild-card. Trois points seulement sont en jeu, mais vu la saison d’Hamlin, ces trois points pourraient valoir de l’or dans la course au titre.

venenatis, ut commodo felis Aliquam leo. sit risus. elementum lectus elit. ante.