Gordon se doit de poursuivre sur cette bonne dynamique

A mi-saison régulière Jeff Gordon pointait à la treizième place du classement général à 121 points du leader. Certes il y avait eu une victoire à Phoenix, deuxième étape du calendrier, mais rien de bien probant. Depuis tout va bien ou presque pour Jeff Gordon.

En huit courses Gordon a enregistré une victoire (Pocono), deux deuxièmes places (Sonoma et Indianapolis) et sept arrivées dans les onze premiers, sont plus mauvais résultat étant une dix-septième place au Michigan. Résultat il est maintenant à la septième place du classement avec un matelas de cinquante points d’avance sur le onzième, soit un peu plus d’une course, et un débours de 52 points sur le leader du classement général.

Jeff Gordon : “C’est appréciable d’avoir cet écart sur le onzième. Cela donne l’opportunité de prendre plus de risques pour jouer la gagne. C’est important de rester dans le top-10 car toutes les victoires seront primées en début de Chase. Chaque point comptera en playoffs.”

Deuxième de la première course routière de la saison, c’était à Sonoma, Jeff Gordon espère faire au moins aussi bien, même si les deux pistes sont totalement opposées en terme de pilotage.

Jeff Gordon : “Watkins Glen est une piste plus rapide et plus agressive que Sonoma qui est plus en finesse. Ici vous devez attaquer la piste sans faire d’erreur.”

Des erreurs à Watkins Glen il est facile d’en commettre. Demandez donc à Jeff Gordon ce qu’il en pense ? En 2002 il était leader, mais était poussé à la faute par Tony Stewart, futur vainqueur de l’épreuve. En 2007, toujours dans les derniers tours, Jeff Gordon mène la course et se dirige vers sa première victoire au Glen depuis 2001, quand dans le virage n°1 il perd l’arrière de sa voiture dans un freinage trop tardif. Tony Stewart tire une nouvelle fois les marrons du feu et Jeff Gordon doit se contenter d’un top-10.

Jeff Gordon : “C’est facile de faire des erreurs ici, car vous avez beaucoup de virages, de zones de freinages et d’obstacles avec le rétrogradage. C’est difficile de plonger au bon moment dans le virage n°1. Il faut bien gérer le train arrière qui a tendance à tressauter dans ce virage.”

Le quadruple champion de la NASCAR Sprint Cup Series compte dix-huit départs sur le circuit routier de l’état de New York pour deux poles, quatre victoires, six top-5 et neuf top-10. Il est également le pilote qui a le plus mené sur cette piste avec 227 tours passés en tête.

Si Jeff Gordon est le pilote le plus victorieux sur les pistes routières de l’histoire de la NASCAR Sprint Cup Series, avec neuf succès, il doit garder à l’esprit qu’il n’a jamais remporté de course routière avec la nouvelle voiture. Son dernier succès remontant à juin 2006 lors de l’épreuve de Sonoma. Quant à une victoire de Jeff Gordon à Watkins Glen, il faut remonter encore plus loin, à 2001 ! Le pilote de la Chevrolet n°24 vaincra-t-il le signe indien ce week-end ?


amet, dictum ante. vel, elementum efficitur. in non Aliquam pulvinar