‘Watkins Glen est une sorte de Talladega’

Ce week-end la NASCAR Sprint Cup Series effectue son périple annuel à Watkins Glen, une étape importante puisqu’il s’agît du second circuit routier inscrit au calendrier après celui de Sonoma en juin. Kyle Busch fait partie des pilotes ayant déjà remporté une course de Cup et qui aiment rouler sur ce type de circuit.


Si les deux pistes sont bien différentes l’une de l’autre, Kyle Busch se plaît d’ailleurs à associer Sonoma à Martinsville, le plus petit ovale inscrit au calendrier, alors qu’il assimile Watkins Glen au plus grand de tous, Talladega. Quoiqu’il en soit le pilote de la Toyota Camry n°18 de la Joe Gibbs Racing a déjà un succès à son actif sur ces deux pistes, c’était en 2008 dans les deux cas. Cependant, il ne porte pas sa préférence à l’une des deux pistes déclarant que courir sur un circuit routier est quelque chose qui lui est agréable quelque soit la piste.

Kyle Busch : “Sonoma est une sorte de Martinsville alors que Watkins Glen est une sorte de Talladega. Watkins Glen est une piste plus simple pour les voitures et les pilotes. Les voiture ne sont pas aussi agiles que les GT. Elles pèsent plus de 1700 kilogrammes alors que les GT tournent au tour de 1250 à 1400 kilogrammes. Les freins sont meilleurs alors vous pouvez jeter la voiture dans le virage un peu plus facilement. Avec des voitures aussi grosses et aussi lourdes que des chars nous avons déjà un problème, celui de ne pas percuter les autres. Sur une piste aussi serrée que l’est celle de Sonoma cela ajoute un défi supplémentaire.”

En NASCAR lors des courses routières il faut passer le moins de temps possible dans la voie des stands. Deux arrêts seront nécessaires pour couvrir la distance de l’épreuve. Tout pilote qui en fera plus verra ses chances de victoire se réduire comme peau de chagrin.

Kyle Busch : “Nous sommes dans une position dans laquelle nous pouvons prendre des risques sur la stratégie, comme ce que nous avons fait à Indy récemment. Nous aurions terminé aux environs de la trentième place si nous n’avions pas pris ce risque. En faisant cela nous avons signé un top-10, alors c’est bien. A Watkins Glen nous pourrons probablement faire la même chose.”

Pour faire la course en deux arrêts il faudra cependant maîtriser sa stratégie car l’épreuve de Sonoma a montré que les pilotes consommaient plus que par le passé sur les circuits routiers. La raison est simple, il faut se pencher du côté du carburant qui est moins riche que celui fourni ces dernières années.

Kyle Busch : “A Watkins Glen la stratégie est vraiment la chose la plus importante. Vous devez choisir quand vous rentrez et vous en tenir à votre plan. Je ne sais pas si on pourra le faire en deux arrêts, car à Sonoma nous nous sommes arrêtés trois fois car le nouveau carburant est différent de ce que nous avions l’an dernier. A Watkins Glen il faut avoir beaucoup de vitesse notamment dans les esses et dans la longue ligne droite arrière (celle qui amène sur la chicane – ndlr.) C’est la clé pour être rapide sur cette piste.”

La distance de l’épreuve de Watkins Glen (220,5 miles) étant similaire à celle de Sonoma (218,9 miles) il y a fort à parier que l’épreuve se découpe en trois arrêts, à moins que plusieurs neutralisations permettent d’économiser suffisamment de carburant.

Autre facteur important lors de cette épreuve, la gestion du trafic et des poussettes des uns et des autres.

Kyle Busch : “Je pense qu’il y en aura (des bumps – ndlr) notamment au départ et lors des relances. Watkins Glen est une piste ou tout le monde finit par être dispersé. Dans le virage n°1 et à la chicane vous pouvez retarder votre freinage et vous appuyer sur celui qui vous précède pour passer. C’est ce que m’a fait Marcos (Ambrose – ndlr) en 2009 en Nationwide. Si vous vous appuyez sur quelqu’un au moment de freiner, l’un des deux doit lâcher. Si vous êtes à l’intérieur, vous pouvez vous appuyer sur l’autre et l’envoyer dans l’herbe. Vous devez être conscient de ça.”


Dans son enfance Kyle, comme son frère Kurt, a fréquenté le Bullring de Las Vegas, rien de bien comparable à un circuit, mais au fil du temps il a su s’adapter aux contraintes qu’imposent les courses routières pour devenir un candidat sérieux à la victoire.

Kyle Busch : “En 2007 à Sonoma je me suis classé dixième ou quelque chose comme ça (septième – ndlr) et nous avions eu une bonne journée. A Watkins Glen j’étais dans le top-5 quand j’ai passé Jeff Gordon et à ce moment là j’ai cassé ma track bar. Cela a pris six tours à la réparer et j’ai eu tous les ‘Lucky Dogs’ pour revenir dans le tour et terminer douzième. Cette expérience m’a servie pour 2008 et j’ai gagné les deux courses en étant assez bon à chaque fois. Je pense que je suis un bon pilote sur circuit routier. Cela m’a pris du temps pour y arriver notamment pour savoir comment passer les virages et les différentes technique de freinage.”

Avec trois victoires cette année, Kyle Busch est pour l’instant le leader virtuel du classement général au soir de Richmond. Nul doute qu’ajouter un quatrième succès d’ici la fin de la saison régulière lui permettrait de se construire un matelas un peu plus épais sur ses poursuivants.

A voir également :

[VIDEO] Présentation Watkins Glen – Kyle Busch

ipsum Nullam leo consectetur quis quis, elit. id, Donec felis