Brad Keselowski continue sa série

Blessé aux deux chevilles lors d’une séance d’essais organisée par la Penske Racing sur le circuit routier de Road Atlanta il y a deux semaines et demi, Brad Keselowski ne cesse d’étonner depuis. Vainqueur à Pocono, il a pris la deuxième place à Watkins Glen la semaine dernière avant de se classer troisième hier au Michigan. Résultat il est passé de la vingt-et-unième à la douzième place au classement général.

Il n’y a encore pas si longtemps que ça une qualification en playoffs n’était absolument pas envisageable. Puis grâce à sa seconde victoire de la saison (à Pocono – ndlr) on a commencé à parler d’une wild card pour le pilote Penske, aujourd’hui vu sa remontée fulgurante une qualification dans le top-10 n’est plus à exclure. Certes il a cinquante-deux points à effacer sur Tony Stewart pour intégrer le top-10, mais au rythme où vont les trois pilotes qui le précède au classement général, une dixième, voire une neuvième place au soir de Richmond ne sont plus du tout utopique.

En fait pour Brad Keselowski la saison est à découper en deux parties la première étant composé des huit premières courses avec un abandon, quatre top-20 et un meilleur résultat de quinzième lors de l’épreuve de Phoenix. Autrement dit des résultats indignes d’un pilote Penske qui plus est au volant de la n°2.


Et puis il y a eu Darlington, l’un des ovales les plus difficiles de la saison. Une semaine seulement après le coup de gueule de Kurt Busch le déclic se produit pour Keselowski qui enregistre son premier top-10 de l’année avec une troisième place.

Depuis cette épreuve de Darlington treize courses se sont déroulées pour deux victoires (Kansas et Pocono – ndlr), quatre top-5 et sept top-10. Certes ce n’est pas un parcours de champion, mais c’est réellement depuis trois courses que Keselowski a pris une autre envergure.

Reste maintenant à voir s’il sera capable de tenir la distance, ou bien s’il explosera en vol comme d’autres l’ont fait en se qualifiant en playoffs. Jeremy Mayfield et Brian Vickers, pour ne citer qu’eux pensaient jouer les troubles faits, ils se sont désintégrés dès la première course. Le pilote Penske semble cependant mieux armés que les deux pilotes cités précédemment. Réponse dès la première course du Chase mi-septembre.

dolor. ut leo luctus ut accumsan