Hamlin peut-il sauver sa saison ?

Dominateur lors des huit premières épreuves du Chase de la saison 2010 avec une série de sept top-10 et une plus mauvaise place de douzième au Kansas, Denny Hamlin est depuis la fin de saison dernière l’ombre de lui-même. Cette année Denny Hamlin n’a signé qu’une victoire pour quatre top-5 et sept top-10. Preuve de son irrégularité il n’est jamais parvenu à signer plus de deux top-10 de suite.

Depuis sa victoire au Michigan au mois de juin Denny Hamlin est dans une spirale des plus négatives avec un top-10 en huit courses pour quatre arrivées au-delà de la vingt-cinquième place. Pas de quoi être rassuré à trois courses de la fin de la saison régulière.

Le pilote de la Joe Gibbs Racing occupe maintenant la quatorzième place et est à la merci d’une victoire de Clint Bowyer, onzième, et Greg Biffle, treizième. Paul Menard et David Ragan, respectivement dix-huit et vingtièmes peuvent aussi éliminer Hamlin de la course au titre en cas de nouvelle victoire d’ici la fin de la saison régulière.

Denny Hamlin compte dix-huit points d’avance sur Paul Menard. Si le vainqueur d’Indianapolis parvient à devancer le pilote de la Toyota n°11 au soir de Richmond il l’éliminera. A moins que le pilote Gibbs se décide à gagner. La marge de manœuvre sur David Ragan est un peu plus élevée avec trente-et-un points d’avance, mais sur les trois dernières épreuves Hamlin a bien marqué 83 points de moins de Keselowski, alors pourquoi ne pas en concéder 35 à Ragan ? Simplement parce que le pilote de la Roush Fenway Racing n’est pas dans la forme de sa vie.

S’il est le tenant du titre de l’épreuve de Richmond, un ovale qui lui réussit plutôt bien, c’est loin d’être le cas des deux épreuves qui arrivent que sont Bristol et Atlanta.


A Bristol tout d’abord, en onze courses disputées il compte trois top-5 et cinq top-10 pour un abandon (lors de l’épreuve estivale de la saison 2007 – ndlr) et une place moyenne à l’arrivée de 16,3.

Si Bristol ne lui réussit pas vraiment que dire d’Atlanta, où en autant de courses il a un top-5, trois top-10, un abandon et une place moyenne à l’arrivée de 18,4, pour quatre courses seulement terminée dans le tour du vainqueur !

A force d’osciller entre le très moyen et le mauvais cette saison, l’équipe n°11 de la Joe Gibbs Racing s’est mise dans une situation on ne peut plus délicate. Une victoire serait presque synonyme de qualification. Et si cela sauverait une saison mauvaise, cela n’effacerait aucunement les carences montrées par cette équipe depuis bien trop longtemps…

pulvinar justo suscipit Donec dapibus venenatis sed nunc et, vulputate, in efficitur.