Jeff Gordon s’impose avec la manière

Jeff Gordon avait la meilleure voiture, Jeff Gordon s’est imposé. Le pilote de la Hendrick a remporté sa quatre-vingt-cinquième victoire en carrière, sa cinquième sur l’ovale d’Atlanta, à l’occasion des AdvoCare 500. Grâce à ce succès, Jeff Gordon est désormais seul troisième au classement des pilotes les plus victorieux de l’histoire de la NASCAR Sprint Cup Series derrière David Pearson (105 succès – ndlr) et Richard Petty (200 victoires).

La fin de course s’est clairement résumée à un duel entre Jeff Gordon et Jimmie Johnson lors duquel les deux hommes n’ont absolument rien lâché n’hésitant pas à prendre tous les risques pour dépasser un retardataire ou à se mettre en travers en sortie de virage.

Jeff Gordon a coupé la ligne d’arrivée avec 598 millièmes d’avance sur Jimmie Johnson. Troisième, Tony Stewart est repoussé à plus de quatre secondes. Le pilote de la Stewart-Haas Racing se rassure quelque peu avant la dernière épreuve de la saison régulière.


Kurt Busch et Carl Edwards complètent le top-5 alors que Brad Keselowski, Kevin Harvick, Denny Hamlin, Matt Kenseth et A.J. Allmendinger intègrent le top-10.

Un temps leader, Kyle Busch est allé frotter le muret extérieur et a suffisamment déséquilibré sa voiture pour ne plus être un facteur pour la gagne. Il s’est finalement classé vingt-troisième.

La première neutralisation était prévue au trentième tour pour vérifier la dégradation des pneumatiques, mais dès le douzième tour, Bobby Labonte perdait le contrôle de sa Toyota n°47 et forçait les officiels à neutraliser la course pour la première fois. Les pilotes avaient le choix de rester en piste ou de rentrer, mais de ne pas ravitailler en carburant. Kasey Kahne a choisi de rester en piste comme quinze autres pilotes, alors que dans les stands plusieurs pilotes tentaient la stratégie à deux pneumatiques.

Dès la relance Kyle Busch démontrait que les pneumatiques neufs étaient un avantage. Reparti dix-septième au tour dix-sept il pointait en tête dix tours plus tard. Gordon lui aussi avec quatre pneumatiques neufs était passé dans le même temps de la dix-huitième à la quatrième place.

Malgré cette neutralisation précoce, la NASCAR maintenant la neutralisation du trentième tour afin de forcer toutes les équipes à repasser par les stands.

Il faudra attendre le 93ème tour pour voir le premier accident de l’épreuve. Bobby Labonte a perdu le contrôle de sa voiture à la sortie du virage n°2 et a terminé sa course dans le muret intérieur. Jeff Gordon en tête depuis près de cinquante tours s’était construit une avance de près de trois secondes sur Kyle Busch.

Au tour 129, Andy Lally allait brosser le muret extérieur dans les virages 3 et 4 et forçait les officiels à neutraliser la course pour la quatrième fois. À cet instant Jeff Gordon était toujours solidement en tête devant Matt Kenseth, Kevin Harvick, Kyle Busch et Denny Hamlin pour le top-5. Dale Earnhardt Jr. profitait de la règle du lucky dog pour revenir dans le tour.

Les mécaniciens de Matt Kenseth allaient, comme très souvent, effectuer un très bon arrêt permettant au champion 2003 de ressortir en tête. Kyle Busch et Denny Hamlin en profitaient également pour passer Jeff Gordon, pas au mieux lors de cet arrêt.

La cinquième neutralisation était le fait de David Gilliland qui, lors d’une nouvelle salve d’arrêts sous drapeau vert partait à la faute à l’entrée des stands. Arrêt le long du mur, il ne gênait personne et la NASCAR décidait de ne pas interférer sur le classement en attendant la fin des arrêts sous drapeau vert pour faire sortir la voiture de sécurité.

La pluie allait faire une brève apparition lors de cette neutralisation ce qui forçait les officiels à faire rouler les pilotes sous drapeau jaune, mais la course pouvait reprendre ses droits au tour 185.


Au deux-centième tour la pluie refaisait son apparition forçant les officiels à sortir le drapeau rouge une fois la séquence de ravitaillement effectuée. J.J. Yeley et Landon Cassill ne s’arrêtaient pas aux stands et occupaient les deux premières places. Si les deux hommes souhaitaient un arrêt de la course, il n’en sera rien puisque vingt-quatre minutes après l’agitation du drapeau rouge, les officiels relançaient la course.

À peine la course était-elle relancée que le drapeau jaune était de retour car la bruine, persistait et rendait l’adhérence précaire.

Au tour 242 Clint Bowyer terminait sa course dans le mur de la ligne droite avant suite à un contact avec Juan Pablo Montoya. Le pilote de la Richard Childress Racing se montrera plutôt énervé en interview suite à cet abandon.

Alors que David Ragan était contraint de regagner les garages pour problèmes mécaniques, Regan Smith était pour sa part littéralement balancé dans le mur par Mark Martin. Résultat une neuvième neutralisation.

Au classement général Jimmie Johnson prend les reines, avec vingt-et-une longueurs d’avance sur Kyle Busch. Suivent Carl Edwards, Matt Kenseth, Jeff Gordon, Kevin Harvick, Kurt Busch et Ryan Newman qui sont assurés de terminer dans les dix premiers au soir de Richmond. Dale Earnhardt Jr. et Tony Stewart complètent le top-10.

Onzième, Brad Keselowski est assuré de faire le Chase avec ses victoires. S’il n’intègre pas le top-10 il n’aura pas de points de bonus.

dapibus ut elit. elit. commodo consequat. risus.