Danica Patrick craint le déplacement à Motegi

Comme vous le savez, le Japon a été victime cette année d’une série terrible de tremblements de terre qui ont endommagé la centrale nucléaire de Fukushima. Cet incident catastrophique (estimé de même importance que celui de Tchernobyl. Ndlr) a engendré des fuites radioactives dangereuses pour la population dans un périmètre d’environ 30 kilomètres.

Ayant peur pour leur santé, les pilotes de MotoGP (Casey Stoner en tête. Ndlr) ont émis l’idée de ne pas se rendre au Japon pour disputer la course de Motegi. Cette idée n’avait, jusque là, pas effleuré l’esprit des pilotes INDYCAR (le circuit, propriété de Honda, étant situé à environ 110 km de Fukushima. Ndlr). Mais depuis hier, la crainte de se rendre en territoire japonais le week-end prochain a également été émise par un pilote INDYCAR : Danica Patrick. Ses déclarations ont été prononcées à Richmond où elle disputait l’épreuve de NASCAR Nationwide Series(elle termina 18ème. Ndlr)

“Je ne veux mettre personne mal à l’aise, mais oui je me sens concernée. Les pilotes du MotoGP ont fait beaucoup d’histoire à propos de ce déplacement et ils ont vu leur course reportée d’avril à octobre ce qui fait que l’INDYCAR s’y rendra avant eux. La DORNA (organisateurs du MotoGP. Ndlr) a fait réaliser une étude qui a indiqué que le lieu était relativement sûr, sans trop de radiations. En fait je suis inquiète à propos de la nourriture pour ne rien vous cacher. Ils nous disent de ne pas manger de boeuf ce qui veut certainement dire qu’il ne faut pas manger de fruits et légumes non plus. J’ai lu que la radiation dans les champignons étaient neuf fois trop élevés dans la région de Fukushima. Sans oublier qu’il y a des tremblements de terre toutes les semaines (les répliques. Ndlr). Il y a en eu deux d’une magnitude de 6,5 sur l’échelle de Richter dans les deux derniers mois.”

Les déclarations de l’Américaine, qui ne seront certainement pas très bien accueillies par les nippons, résume certainement les craintes que personne n’ose émettre. Toutefois et pour contrebalancer toutes les craintes, le Championnat japonais de Grand Tourisme (le SuperGT. Ndlr) s’est rendu sur le Sportsland Sugo le 31 juillet prochain alors que ce circuit est situé à environ 40 km à vol d’oiseau de la centrale de Fukushima. Aucun pilote n’a eu de problème et la course, certes raccourcie en distance, s’est déroulée sans encombres.

Mais pour Danica Patrick peu importe : “Je pense que se rendre là-bas comporte un risque général pour la sécurité. J’ai entendu dire que l’INDYCAR avait prévu un plan d’urgence si quelque chose se produit où ne devrons tous quitter les lieux… ce qui est une chose terrible si on y pense. Je suppose que le circuit a proposé une solution, mais toutefois l’INDYCAR ne se rendra plus là-bas à partir de l’année prochaine. J’ai l’impression que quelque chose va se passer. Je suis simplement un pilote et je me manifeste quand il le faut vraiment.”

Danica Patrick a précisé qu’elle et son mari allaient apporter le plus de nourriture et d’eau possible dans leurs bagages. “Je sais que l’INDYCAR doit être reponsable de notre sécurité et de notre nourriture, mais je ne compte pas me reposer sur eux…”

massa felis velit, libero. vel, mi,