Stewart de retour sur la Victory Lane

La consommation a donc été le maître mot de la première épreuve du Chase de la NASCAR Sprint Cup Series. Si Martin Truex Jr. a dû s’arrêter à une quinzaine du tours du but, car il n’était pas sur la même stratégie que ses adversaires, les autres économisaient tout ce qu’il pouvaient pour aller au bout sans ravitailler de nouveau.


Parmi les leaders aucun n’était sûr d’aller au bout, mais Tony Stewart s’est montré le plus malin en économisant derrière Matt Kenseth pendant quelques tours avant de le dépasser. Le pilote de la Stewart-Haas Racing est allé décrocher la victoire alors que derrière lui c’était le chaos. Johnson, Kenseth, Kyle Busch, Gordon, pour ne citer qu’eux sont tombés en panne d’essence.

Stewart a finalement coupé la ligne d’arrivée avec moins d’une seconde d’avance sur Kevin Harvick. Dale Earnhardt Jr.., Carl Edwards, Brad Keselowski, Kurt Busch, Clint Bowyer, Matt Kenseth, Ryan Newman, et Mark Martin complètent le top-10.

Au classement général, Kevin Harvick s’empare de la tête avec sept longueurs d’avance sur Tony Stewart. Denny Hamlin est pour sa part dernier.

C’est sous un ciel encore très menaçant que le départ de l’épreuve était donné, mais cela n’empêchait pas Matt Kenseth de conserver l’avantage de sa pole position. Le pilote de la Roush Fenway Racing allait même mener tous les tours jusqu’à la neutralisation imposée par la NASCAR au trentième tour suite à la pluie qui s’est abattue sur l’ovale de l’Illinois. Dans les stands c’est Kyle Busch qui a été le grand gagnant en ne prenant que deux pneumatiques.

La deuxième neutralisation de l’épreuve intervenait au tour 71 pour un débris dans le virage n°2. Kurt Busch avait alors une avance de plus de deux secondes sur Greg Biffle et Matt Kenseth. Kyle Busch, cinquième a limité la casse suite à son coup stratégique du premier arrêt.

Quelques tours seulement après la relance, Denny Hamlin ressentait une vibration. Si dans un premier temps il décidait de continuer il repassera par la voie des stands au tour 85 pour changer ses quatre pneumatiques. Il perdait bien évidemment un tour dans l’affaire.

Au tour 92 c’est Greg Biffle qui repassait par la voie des stands pour une crevaison à l’avant droit. Le pilote Roush passait alors de la sixième à la trente-sixième place à un tour du leader.

En proie à des problèmes de tenue de route suite à une crevaison à l’avant droit Jeff Gordon lançait le bal des ravitaillement sous drapeau vert au tour 112.Il était imité un tour plus tard par Clint Bowyer, puis Dale Earnhardt Jr., Jamie McMurray et le reste du peloton. Le quadruple champion de la NASCAR allait se faire prendre un tour par le leader de l’épreuve, Carl Edwards, peu avant la mi-course.

C’est un débris dans la ligne droite arrière au tour 145 qui contraignait les officiels à neutraliser la course pour la troisième fois. Ryan Newman choisissait de ne prendre que deux pneumatiques ce qui lui permettait de relancer en tête. Reparti quatrième, Stewart se montrait extrêmement agressif pour passer coup sur coup Johnson et Edwards pour s’emparer de la deuxième place.

Les deux pilotes de la Stewart-Haas Racing n’allait rester en tête que dix tours avant que Jimmie Johnson ne viennent s’intercaler entre les deux hommes dans un premier temps avant de s’emparer de la tête au tour 163.

Deux tours plus tard le moteur de Jamie McMurray partait en fumée ce qui était à l’origine de la quatrième neutralisation. Jeff Gordon, premier pilote à un tour, revenait dans le tour du leader. Si tous les leaders repassaient par la voie des stands, ils ne prenaient que deux pneumatiques.

Brad Keselowski choisissait de ne pas rentrer pour prendre la tête et ainsi prendre un point de bonus, mais il se faisait manger dès la relance par Jimmie Johnson qui allait creuser l’écart sur le pilote Penske. Ce dernier allait s’arrêter au tour 197, soit sept boucles avant la cinquième neutralisation causée par J.J. Yeley qui est allé frotter le mur.


Keselowski revenait dans le tour en choisissant de ne pas s’arrêter, mais il était le grand perdant de cette neutralisation. Deuxième avant de ravitailler il était vingtième à la relance. Johnson n’a pas connu un très bon arrêt puisque dépassé par Kenseth, Stewart et Newman.

Lors de la relance Stewart prenait le meilleur sur Kenseth, qui allait se faire passer par Newman puis par Johnson dans les deux tours suivants. La course allait de nouveau être neutralisée au tour 212 pour un débris dans la ligne droite avant. Tous les leaders, à l’exception de Truex, repassaient par la voie des stands pour remplir leur réservoir. Un seul mot d’ordre dans toutes les radios : “Économiser le carburant.”.

Cette course n’était décidément pas celle de Denny Hamlin qui à quarante-cinq tours de l’arrivée crevait à l’avant gauche après un contact avec un adversaire. Le pilote de la Joe Gibbs Racing repassait par la voie des stands sans que le drapeau jaune ne soit agité ce qui lui faisait perdre un nouveau tour.

Curabitur leo consectetur vel, venenatis ut