Jean Alesi à l’Indy 500, quelques précisions

A l’instar de Jacques Villeneuve, Jean Alesi souhaite réaliser le tour de force de participer aux trois courses automobiles les plus mythiques : le GP de Monaco de F1, les 24 Heures du Mans et les 500 Miles d’Indianapolis.

Après avoir réalisé une carrière respectable en Formule 1 (201 Grands prix, 32 podiums – dont trois à Monaco – et une victoire. Ndlr), Jean Alesi a disputé les 24 heures du Mans en 2010 au volant d’une Ferrari F430 en catégorie GT2. Il ne restait plus qu’à l’Avignonnais à se présenter au départ des 500 Miles d’Indianapolis. C’est désormais une réalité, le français va tenter de se qualifier pour disputer la course de monoplace américaine la plus mythique. Mais avant cela, le chemin sera long car s’aligner à 47 ans au départ d’une course d’INDYCAR, qui plus est, sur un Super Speedway n’est pas chose aisée ! Alesi va désormais se préparer physiquement et mentalement à frôler les murs de béton de l’ovale américain à une vitesse moyenne sur un tour d’environ 370km/h…

D’ailleurs, chez Lotus Motorsport personne n’est dupe : “Malgré son expérience considérable, Jean n’a jamais couru sur des ovales (…) Après douze années en F1 de 1989 à 2001, il a disputé le championnat de voitures de tourisme allemand, le DTM, puis les Le Mans Series. En Janvier 2011 il a rejoint le Groupe Lotus comme ambassadeur de la marque et consultant en développement de la T125 (une Formule 1 destinée aux riches clients. Ndlr). Bien qu’il ne se soit jamais vraiment éloigné des circuits, l’Indy 500 et la course sur un ovale représentent des défis totalement nouveaux pour Jean.”

En outre, l’INDYCAR est une partie importante du programme 2012 du Groupe Lotus. Il était important pour eux de se faire remarquer et avec l’annonce de l’engagement de Jean Alesi, l’Indy 500 va certainement devenir une priorité pour Lotus. A noter que le constructeur anglais s’est imposé une fois à Indianapolis avec Jim Clark en 1965. Même si cela paraît difficile, Jean Alesi pourrait rejoindre Jules Goux et René Thomas (respectivement vainqueurs en 1913 et 1914) en cas de victoire dans l’Indiana en mai prochain.

Jean Alesi devrait prendre pour la première fois le volant d’une monoplace d’INDYCAR au mois de décembre prochain. “Je suis ravi que Lotus me donne la possibilité de disputer une telle course renommée mondiale. Cela va être une expérience très spéciale pour moi et je sais aussi que j’ai beaucoup de travail à accomplir. Je suis déjà très concentré sur la tâche qui m’attend et je prends mon entraînement très au sérieux. Pour ce retour, j’ai la chance d’avoir le soutien d’experts d’Indy. Ce nouveau challenge m’excite vraiment !”

“La rumeur devenait de plus en plus grande et je peux maintenant l’affirmer ici à Singapour, je serai sur la grille de départ de l’Indy 500 le 27 mai 2012.” Dans ses déclarations, Jean Alesi se montre déjà très (trop ?) confiant, à moins que l’avignonnais n’use d’une pointe d’humour : “Je devrai simplement piloter pendant 200 tours à une vitesse moyenne de 370km/h pour terminer devant 32 autres pilotes et boire le lait offert au vainqueur. J’ai bien l’intention d’inscrire mon nom sur le Trophée Borg Warner et je ne veux pas retirer mes gants ou abandonner.” Même s’il semble certain de disputer la course, ce qui n’est pas forcément chose aisée (demandez à Ryan Hunter-Reay ou Mike Conway qui ne se sont pas qualifiés cette année), Jean Alesi sait le travail qu’il lui reste à accomplir : “C’est une longue route jusqu’au drapeau à damier puisqu’il y a le “rookie test”, le “pole day”, les 200 tours… Je suis conscient que c’est un challenge majeur qui demande de nombreux sacrifices personnels et physiques pour se qualifier et disputer la course dans les meilleures conditions.”


quis Praesent ut eget fringilla sed