Kentucky Indy 300 : Présentation

Ce week-end, l’IndyCar entre dans la dernière ligne droite de sa campagne 2011. Disputée sur le Kentucky Speedway, l’avant-dernière course de la saison revêt une importance majeure puisqu’elle couronnera le vainqueur du trophée “A.J. Foyt”.


A ce petit jeu, c’est Scott Dixon qui domine les débats puisqu’il possède 17 points d’avance sur son coéquipier Dario Franchitti et 36 sur Will Power. Il va de soi qu’une victoire l’assurerait du titre. Mais avec une victoire, le double champion 2003 et 2008 renforcerait également ses chances de briguer un troisième titre de champion IndyCar.

De son côté, Dario Franchitti devra donc composer avec deux adversaires directs au meilleur de leur forme. Esseulé puisque son coéquipier tentera le tout pour le tout pour conserver ses chances d’être champion, l’Ecossais pourra seulement compter sur l’écurie satellite de Chip Ganassi pour venir ralentir la marche en avant de Dixon et Power.

Car il faut bien admettre que l’Australien est dans une forme olympique. Mieux encore, ses coéquipiers semblent eux aussi bénéficier du regain de forme de l’écurie Penske. Avec une victoire chacun lors des quatre dernières éditions de cette épreuve, Helio Castroneves (vainqueur en 2010) et Ryan Briscoe (vainqueur en 2009) seront de précieux alliés pour Power.

Quant au reste du peloton, il ne sera pas en reste. A commencer par Ed Carpenter qui effectue son retour dans le baquet de la monoplace #67 de l’écurie Sarah Fisher Racing. Le natif de l’Indiana revient sur une piste qui lui réussit très bien. Deux fois deuxième en 2009 (après une âpre bataille avec Briscoe) et en 2010, il espère bien enfin remporter cette victoire qui l’a fuit pour quelques millièmes de secondes. Alors pourquoi pas cette année pour ce qui serait la toute première victoire de l’écurie SFR ?

Enfin, du côté des rookies, l’ovale du Kentucky pourrait permettre à J.R. Hildebrand de franchir une étape importante dans sa quête pour le titre de “Rookie of the Year”. Actuel leader pour 14 points sur James Hinchcliffe, le pilote Panther Racing revient sur un terrain de jeu qui lui est favorable pour lui et son écurie. Un atout pour le jeune Américain.

L’oeil du pilote :
Après deux courses urbaines et routières, les pilotes reviennent sur un ovale typique de l’INDYCAR. Long de 1,5 mile, le Kentucky Speedway se caractérise par ses nombreuses petites bosses et ses virages peu inclinés pour un circuit de ce type. Ceci force les ingénieurs à définir un set-up comportant des suspensions plus souples qu’à l’accoutumée et à trouver de l’appui aérodyamique sur le train avant pour combattre le sous-virage lié au faible banking. Pour cela, tous les artifices sont bons et nul doute que les “gurney-flaps” ainsi que les dérives en amont des roues seront de sortie.

Ensuite concernant le pilotage, le Kentucky Speedway demande d’être très réactif sur les bosses au point de devoir anticiper une éventuelle perte d’adhérence du train arrière. Ajoutez à cela les turbulences ainsi que cinq voitures à vos trousses et vous aurez tous les ingrédients pour mettre vos nerfs à vif. De quoi offrir une course palpitante aux pilotes comme aux spectateurs dans les tribunes ou devant leur téléviseur.

La course : Kentucky Indy 300

La date et l’heure : Dimanche 2 octobre à 14H (côte Est) soit 20H, heure française.

Le circuit : Kentucky Speedway, circuit ovale de 1,5 mile.

La distance : 200 tours soit 300 miles.

Poleman 2010 : Ed Carpenter

Vainqueur 2010 : Helio Castroneves

dapibus Phasellus Sed dolor. eleifend Donec