Peugeot champion, Audi K.O. !

Avec trois Peugeot et deux Audi la lutte s’annonçait somptueuse sur le circuit routier de Braselton en Géorgie. Rapidement deux protagonistes allaient être éliminés de la course à la victoire. La Peugeot n°7 était victime d’un problème de boîte de vitesses et devait renoncer. Chez Audi on n’était pas en reste niveau problème mécanique notamment sur la n°2 qui connaissait des problèmes d’embrayage.


La lutte pour la victoire finale allait se résumer à un duel entre l’Audi n°1 et la Peugeot n°8. La troisième Peugeot, la n°10 étant en retrait. Si la Peugeot n°8 a passé la majorité de la course en tête, l’Audi n°1 n’en restait pas moins un adversaire de premier choix. Malgré une erreur dans les stands chez Peugeot, qui avait relégué les deux voitures à un tour, ils ont su faire preuve de patience et d’intelligence pour revenir dans le tour. Chez Audi on faisait aussi une erreur qui était pénalisé par un arrêt de vingt secondes.

Mais au gré des différentes neutralisation l’écart a réussi à se resserrer. Si la Peugeot était la plus rapde en vitesse pure, l’Audi se rapprochait dangereusement dans le trafic. Alors que l’on abordait la septième heure de course Romain Dumas et Franck Montagny étaient l’un derrière l’autre. L’Alésien allait prendre l’avantage en passant entre son adversaire et un retardataire avant de se faire dépasser quelques secondes plus tard.

Avec des pneumatiques en moins bon état que ceux de son adversaire, Montagny faisait tout pour le contenir, mais l’inévitable s’est produit. Dumas a retenté de passer au milieu de Montagny et d’un autre retardataire, mais le pilote Peugeot a mis un coup de volant sur la gauche, suffisant pour tasser Dumas sur la Porsche attardée. L’Audi a terminé sa course dans le mur de la ligne droite arrière.

Les réactions des différents intéressés ne se sont pas faites attendre.

Dr. Wolfgang Ullrich : “Je sais maintenant pourquoi M. Montagny ne pilote pas pour moi et ne pilotera jamais pour moi.”

Franck Montagny : “Romain était plus rapide que moi car il avait de meilleurs pneumatiques. Je suis désolé pour ce qui est arrivé, mais on ne peut pas dire que Peugeot a fait un mauvais mouvement.”

Romain Dumas : “J’essayais de passé et il s’est décalé sur moi. Je ne m’y attendais pas. Je l’ai vu et je lui ai demandé ‘Pourquoi as-tu fais une manœuvre aussi stupide ?’ et il m’a répondu qu’il était désolé.”

Avec l’élimination des deux Audi de la course à la victoire, la voie était royale pour Peugeot tant pour la victoire que pour le titre en ILMC. Avec trois tours d’avance sur l’ORECA n°10 l’équipage de la n°8 pouvait gérer et c’est ce qu’il fait.

Au final Montagny s’impose avec cinq tours d’avance sur Nicolas Minassian alors que la Lola Aston Martin n°007 confiée à Adrian Fernandez lors du dernier relai a pris la troisième place. C’est aussi la première voiture essence de la course.

C’est encore une fois la catégorie GT qui connu le plus de rebondissement dans la course. Il faut dire que le plateau aidait à avoir du suspense. Au final la Ferrari n°51 confiée à Giancarlo Fisichella s’est imposée devant la Porsche de Joerg Begmeister et la BMW de Dirk Werner.

Scott Tucker, Zack Brown et Lucas Ordonez forment le podium en P2. En GTE Niclas Jonnson s’impose devant Patrick Bornhauser et Rui Aguas. En GTC Jeroen Bleekemolen remporte la course devant Leh Keen et Spencer Pumpelly. La catégorie LMPC est remportée par Ryan Lewis devant Kyle Marcelli et Ricardo Gonzalez.

A voir :

Petit Le Mans : le direct .

amet, elit. id Aenean porta. diam sed vel, massa libero