La passe de trois pour Tony Stewart

Tony Stewart s’est rappelé aux bons souvenirs de tous en remportant sa troisième épreuve de la saison en NASCAR Sprint Cup Series ce dimanche sur le Martinsville Speedway lors des TUMS Fast Relief 500. Il a devancé sous le drapeau à damier, un certain Jimmie Johnson de 170 millièmes.

Si Johnson relançait en tête à quatre tours de l’arrivée, il n’a pu contrer l’attaque de Stewart qui a ensuite dû résister aux assauts de Johnson, lui-même pressé par son coéquipier Jeff Gordon, qui termine troisième.


Le dernier vainqueur en date sur cette piste en Sprint Cup, Kevin Harvick, est quatrième juste devant Denny Hamlin, vainqueur sortant de cette épreuve. Jeff Burton, Dale Earnhardt Jr., Martin Truex Jr., Carl Edwards et Ryan Newman complètent le top-10 de ce trente-troisième rendez-vous de la saison.

Cette course aura été neutralisée à de nombreuses reprises, la faute à des pilotes très nerveux. Dès le septième tour plusieurs pilotes étaient impliqués dans le premier accident de l’épreuve parmi lesquels Jeff Gordon et Dale Earnhardt Jr..

Tony Stewart allait s’emparer de la tête lors de la deuxième neutralisation après que Carl Edwards ait décidé de repasser par la voie des stands pour son premier arrêt. Alors que le cinquantième tour n’était pas encore bouclé, il y avait déjà eu trois neutralisations et la course s’annonçait comme un long calvaire pour au moins un homme : Brian Vickers. Le pilote de la Red Bull Racing était impliqué dans les trois premières neutralisations.

La moyenne des neutralisations n’allait pas fléchir dans les tours suivants, puisque la voiture de sécurité faisait de nouveau son apparition à trois reprises entre les tours 65 et 105. McMurray, Vickers, Montoya, Reutimann, Truex allaient être parmi les pilotes impliqués lors de ces neutralisations.

Une fois cette barre du centième tour passé les esprits allaient quelques peu se calmer et les tours commencer à défiler. Un temps en tête A.J. Allmendinger allait laisser le commandement de l’épreuve à Kyle Busch qui allait s’affirmer comme l’homme fort de cette partie de course. Le pilote de la Joe Gibbs Racing est d’ailleurs celui qui a le plus mené tout au long de l’épreuve avec 118 boucles en tête.

Impliqué dans le tout premier accident de la course, Jeff Gordon remontait méthodiquement dans le peloton et ce malgré une voiture endommagée. Il allait intégrer le top-10 au 160ème tour avant d’entrer dans le top-5 vingt boucles plus tard. Le quadruple champion de la NASCAR, sept fois vainqueur à Martinsville n’allait pas s’arrêter en si bon chemin, puisqu’il mènera 114 tours.

À mi-course c’est ce même Jeff Gordon qui était leader et qui mettait Carl Edwards, leader du championnat au départ de la course à un tour. Fort heureusement pour le pilote de la Roush Fenway Racing, son ancien coéquipier, Mark Martin, allait partir à la faute et provoquer la neuvième neutralisation avant que Gordon n’ait eu le temps de mettre un autre pilote à un tour. Edwards bénéficiait donc du free pass pour revenir dans le tour du leader.

Cependant, Edwards allait de nouveau perdre un tour, peu après le trois-centième tour. Cette fois-ci il n’y avait pas de drapeau jaune salutaire pour Edwards. Pire encore pour le pilote de la Ford Fusion n°99, il voyait d’autre pilotes se faire mettre à un tour.

Les cent derniers tours allaient être au moins aussi agités que les cent premiers avec pas moins de huit neutralisations entre le tour 398 et l’arrivée.

Brian Vickers allait encore faire parler de lui avec une nouvelle neutralisation au tour 457 après qu’il ait été poussé par Matt Kenseth. Lors de cette neutralisation tous les leaders à l’exception de Jimmie Johnson, Jeff Burton et David Reutimann, allaient rentrer pour un dernier ravitaillement. Le pilote de la Toyota Camry n°83 se vengera à huit tours de la fin alors que les deux hommes n’avaient plus aucun espoir de bien figurer.

Au tour 464 Matt Kenseth percutait Kyle Busch et les deux hommes terminaient dans le mur avec des dégâts suffisamment importants pour leur faire perdre au moins un tour dans les stands. Juan Pablo Montoya, ne pourra éviter les deux hommes en perditions et endommagera lui aussi sa Chevrolet n°42. Kenseth passera finalement par les garages, alors que Kyle Busch, en repartant trop vite perdra sa roue avant gauche et sera contraint à un nouvel arrêt sous drapeau jaune.

Au classement général Carl Edwards conserve la tête avec huit longueurs sur le vainqueur du jour. Kevin Harvick est troisième alors que Brad Keselowski et Matt Kenseth complètent le top-5. Jimmie Johnson remonte à la sixième place, mais à quarante-trois longueurs d’Edwards et ce alors qu’il ne reste que trois courses.

dolor. Donec elit. ut amet, accumsan felis vulputate,