Kasey Kahne met fin à plus de deux ans de disette

Rendez-vous à Homestead pour l’explication finale ! Comme en 2005 Tony Stewart et Carl Edwards s’affronteront dans l’ultime épreuve de la saison pour décrocher le titre de champion. Tony Stewart a mené le plus grand nombre de tours de l’épreuve et s’est classé troisième alors qu’Edwards n’a mené qu’une vingtaine de tours, mais a terminé en deuxième position. L’écart entre les deux hommes au championnat reste donc le même.


Devant ces deux hommes il y avait Kasey Kahne. Le pilote de la Red Bull Racing a offert à cette écurie sa seconde et probable dernière victoire dans la division reine de la NASCAR puisqu’elle sera vendue à l’issue de la saison. Le pilote de la Toyota n°4 n’avait plus foulé le chemin de la Victory Lane depuis l’épreuve la seconde épreuve d’Atlanta en 2009 !

Kahne a coupé la ligne d’arrivée avec 802 millièmes d’avance sur Edwards. Jeff Burton et Ryan Newman complètent le top-5 de cette épreuve alors qu’ A.J. Allmendinger, David Reutimann, Marcos Ambrose, Paul Menard et Clint Bowyer sont dans les dix premiers.

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour avoir la première neutralisation de la course puisqu’au deuxième tour David Ragan et Regan Smith partaient à la faute dans un ballet parfaitement synchronisé. Dès la relance c’est Geoffrey Bodine qui partait en travers.

Comme annoncé par les officiels avant le début de l’épreuve la course a été neutralisée au tour quarante. Si Matt Kenseth profitait de son emplacement avantageux pour reprendre la tête de l’épreuve, c’est bien Stewart qui allait rapidement reprendre le commandement de l’épreuve.

Peu avant le centième tour Geoffrey Bodine repartait de nouveau à la faute, bien aidé par Kasey Kahne. La voiture de sécurité faisait son apparition sur la piste pour la quatrième fois de l’après-midi. Moins de soixante tours plus tard il était de nouveau dans le mur. En cinq neutralisation, trois étaient à mettre à l’actif du vainqueur 1986 des Daytona 500.

Pour sa première course en NASCAR Sprint Cup Series, Cole Whitt allait se faire remarquer en créant un drapeau jaune au tour 168. Le pilote de la Red Bull Racing terminera finalement l’épreuve à la vingt-cinquième place à deux tours de son vainqueur de coéquipier.

Au tour 177 le poleman, Matt Kenseth, était mis dans le mur par Brian Vickers. Les deux hommes ayant un contentieux depuis l’épreuve de Martinsville, il y a fort à parier qu’il s’agisse de la suite de cette histoire. Le pilote de la Roush Fenway Racing perdra ainsi toute chance de bien figurer au championnat.

Robby Gordon allait être le dernier pilote à créer une neutralisation, au tour 220. Cette dernière sortie de la voiture de sécurité ne permettait pas de rallier l’arrivée sans avoir à ravitailler de nouveau.

Kurt Busch allait s’arrêter à trente tours de la fin pour ce qui allait être son pire cauchemar. Après avoir calé en repartant, il allait écoper d’une pénalité pour être entré trop vite dans les stands. Leader avant le ravitaillement ce sont ses chances de victoires qui se sont envolées sur ses deux erreurs.

Carl Edwards s’est arrêté au tour 291 et n’a changé que les pneumatiques extérieurs. Tony Stewart est repassé par la voie des stands deux boucles plus tard, mais n’a pour sa part pas changé ses pneumatiques.

pulvinar leo. eget nunc Lorem Phasellus felis fringilla dolor diam id