Modification de l’attribution des revenus en IndyCar

En 2011, Randy Bernard annonçait une nouvelle importante avant l’ouverture de la saison. ‘Le TEAM (Team Enhancement and Allocation Matrix) Leader Circle Program’ n’allait plus rémunérer les 24 premières équipes (soit la quasi-intégralité) mais seulement celles ayant intégré le top-22 du classement général. Cette nouvelle a fait grincer des dents dans le clan des petites structures qui jusque là et depuis 2008, avaient la garantie de recevoir un financement de l’INDYCAR peu importe leurs performances en piste. Clairement, le but de cette manœuvre était d’éradiquer les équipes et pilotes présents seulement pour faire le nombre et décrédibilisant le championnat.


A l’orée de la saison 2012, Bernard et l’INDYCAR vont encore plus loin. Après le retrait de l’écurie Newman/Haas Racing, outre le sentiment de tristesse qui émergeait du paddock, la question était de savoir à qui serait reversée la part du gâteau. Et c’est à la suite d’un dîner avec Townsend Bell que Randy Bernard eut l’idée suivante : rétribuer les écuries selon leur classement au championnat mais également en fonction de leur apport à la série.

Voici les explications du Président de l’INDYCAR interrogé par SPEED.com :
Townsend (Bell) et moi étions assis à un diner une nuit où nous faisions un brainstorming et il émis l’idée que le Leader Circle program pouvait récompenser le mérite au lieu de récompenser seulement les positions au classement. Ainsi il faut regarder ce que les écuries font pour mériter ces contrats en amont et en aval de ce qu’il se passe sur la piste. J’aime vraiment le concept. Si nous faisons un investissement significatifs pour aider nos 22 premières équipes, je pense qu’il est juste de demander ou de comprendre comment ces équipes prévoient d’aider le sport qu’est l’IndyCar.


Ainsi Bernard a demandé à chaque équipe du top-20 (NHR ayant fermé ses portes) d’effectuer une présentation d’une heure afin de soumettre ses plans pour 2012.
Cette année, pour commencer, chacune des 20 équipes doit faire une présentation à l’IndyCar. Nous voulons connaître leurs plans, leurs pilotes, leurs sponsors, comment ils prévoient d’activer ces partenariats, sur quels types de médias et de promotion les écuries travaillent et comment ils vont en fait interagir avec la série et nos fans. Ensuite, nous pourrons nous assoir et discuter de la façon dont nous pourrons les aider, de la façon dont nous pourrons croiser nos promotions, et comment nous pourrons travailler de manière plus proche avec chaque équipe pour nous rendre plus forts.

Malgré ces évolutions, Bernard a tenu à préciser que les écuries éligibles pour le ‘Leader Circle Program’ à l’issue de la saison 2011 recevront leur prime comme le prévoit leur contrat. En revanche, il leur faudra travailler dur cette année pour présenter des actions solides en 2012 afin de convaincre les officiels de leur attribuer des revenus l’année prochaine.

Une nouvelle fois, Bernard et ses hommes tirent la compétition vers le haut en continuant d’appliquer une démarche d’amélioration continue à leur championnat. Et si cette évolution peu inquiéter les plus petites écuries qui n’ont pas la puissance de Penske ou Ganassi en termes de communication, qu’elles se rassurent. L’INDYCAR ne privilégiera pas les plus fortunés mais les idées les plus pertinentes. Une façon de rééquilibrer les forces tout en fidélisant les écuries à poursuivre leur engagement en IndyCar.

sit venenatis efficitur. ipsum elit. leo justo elementum mi,