Denny Hamlin remporte l’épreuve de Phoenix

Denny Hamlin a remporté à Phoenix sa première course de la saison et sa dix-huitième en carrière en maîtrisant parfaitement sa consommation. S’il y a bien une chose à retenir de cette épreuve c’est bien que le final s’est joué à la consommation.

Mis sous pression par Kevin Harvick dans les derniers tours de l’épreuve, Denny Hamlin a tenu bon jusqu’à ce que le pilote de la Richard Childress Racing tombe en panne d’essence à l’amorce du drapeau blanc. Harvick a tout de même pu rallier l’arrivée en deuxième position.

Greg Biffle a pris la troisième place, sa seconde en autant d’épreuves cette année, alors que Jimmie Johnson et Brad Keselowski complètent le top-5.


Kyle Busch, Martin Truex Jr., Jeff Gordon, Mark Martin et Joey Logano intègrent le top-10 de cette épreuve qui ne sera pas à classer parmi les plus passionnantes disputées sur le Phoenix International Raceway.

Bowyer collectionne les problèmes de pneumatiques

Parti de la pole position, Mark Martin conserve l’avantage pour mener le premier tour, mais va rapidement se faire dépasser par Tony Stewart pour la tête de l’épreuve. En proie à de gros problèmes de survirage, Martin va dégringoler dans ces premiers tours, se retrouvant huitième au sixième passage.

La première neutralisation està mettre à l’actif de Clint Bowyer, qui dès le quinzième tour va brosser le mur extérieur suite à une crevaison. Les leaders en profitent pour ravitailler. Ne prenant que du carburant, Mark Martin ressort en tête.

Lors de la relance Kasey Kahne, qui ne s’était pas arrêté, frappe violemment le mur extérieur. S’il contrôle sa voiture, il perd quelques places et passe par la voie des stands pour réparer avant de se diriger aux garages pour de plus amples réparations.

Clint Bowyer crève de nouveau au tour 25, mais cette fois-ci la course reste sous régime de drapeau vert. Il repasse encore par les stands. Son équipe de mécaniciens, déjà très occupée en ce début de course reste en état d’alerte, puisque dix tours plus tard il continue de se plaindre de vibrations.

À l’issue du deuxième tiers de course les pilotes s’arrêtent un a un sous drapeau vert ce qui permet à certains de mener un tour et de récupérer un point de bonus avant de rentrer. Matt Kenseth et Jeff Gordon font partie de ceux qui tentent cette stratégie.

Jamie McMurray se fait alors remarquer en explosant son moteur. Le pilote de la Earnhardt-Ganassi Racing est à l’origine de la cinquième neutralisation de l’épreuve. Ironie de l’histoire c’est son coéquipier, le Colombien Juan Pablo Montoya, qui est remis dans le tour du leader par les officiels.

Il faut sauver du carburant !

Le ravitaillement ne peut théoriquement pas être le dernier de la course, mais dans tous les casques l’ordre d’économiser du carburant se fait entendre. Seul Martin Truex Jr. choisit de ne pas rentrer, puisqu’il aura un ravitaillement à faire.

Kevin Harvick a neuf tours à économiser. S’il ne s’en sent pas capable sous drapeau vert, son chef d’équipe – Shane Wilson – lui rappelle qu’avec une ou deux neutralisations cela sera suffisant.

L’explosion du moteur de David Reutimann au tour 247 apporte la sixième neutralisation et donc de quoi économiser pour bon nombre d’équipes, mais c’est toujours insuffisant pour Harvick notamment. Tony Stewart tente d’économiser encore plus d’essence en coupant son moteur, mais n’arrive pas à redémarrer. Résultat il perd deux tours dans l’aventure et toute chance de victoire.

Leader lors de la relance, Kevin Harvick se fait rapidement dépasser par Denny Hamlin qui a aussi pour mission d’économiser du carburant. Deux tours après la relance, Carl Edwards percute Ryan Newman qui part en tête à queue et provoque la septième neutralisation.

Ce drapeau jaune est la dernière opportunité d’économiser du carburant pour tous les pilotes. Si Hamlin relance en tête, il se fait surprendre par Keselowski, qui trop gourmand à l’entrée du virage n°3 est à la limite de partir à la faute et perd quelques places.

Rapidement les écarts se creusent et la victoire ne semble plus pouvoir échapper à Hamlin ou Harvick. Biffle seul troisième c’est une bataille à trois pour la quatrième place qui anime cette fin de course. Johnson, Keselowski et Kyle Busch se disputent âprement cette place qui revient finalement au quintuple champion de la NASCAR.

Hamlin fait coup double

Grâce à son succès Denny Hamlin s’empare de la tête du classement général avec six longueurs d’avance sur Greg Biffle. Les deux hommes sont les seuls à avoir deux top-5. Kevin Harvick complète le top-3 et devancent Matt Kenseth et Dale Earnhardt Jr..

Douzième, Brad Keselowski gagne dix-sept places et signe la remontée de la semaine. Jeff Burton, Paul Menard et Marcos Ambrose perdent huit places chacun.

eget mattis vulputate, leo Phasellus ipsum luctus lectus fringilla adipiscing