Power vainqueur, Pagenaud magique à Long Beach !

“Une course géniale, une des plus belles victoires de ma carrière”, voici les premiers mots du vainqueur Will Power qui prend du même coup la tête du championnat. L’Australien devance d’un souffle un brillant Simon Pagenaud. Le français, qui aurait certainement pu jouer la victoire avec un ou deux tours supplémentaires, signe son premier podium en carrière. Un superbe résultat pour toute l’équipe Schmidt Hamilton HP Motorsports.

Power, un des 14 pilotes pénalisés sur la grille de départ, a dû faire preuve d’intelligence pour remporter sa dix-septième victoire en carrière. Parti douzième, l’Australien et son équipe ont su employer une stratégie audacieuse en effectuant leur dernier arrêt assez tôt. Avec maestria, Power a su économiser le carburant nécessaire tout en résistant à un dernier assaut héroïque de Simon Pagenaud.

Le rookie de l’équipe Schmidt Hamilton HP Motorsports a parfaitement géré sa course. Utilisant une stratégie différente de son ami Power, le français a pu attaquer à sa guise sans se soucier du carburant (il a d’ailleurs mené le plus grand nombre de tours, soit vingt-six boucles. Ndlr) puisqu’il était en tête avant d’effectuer son dernier arrêt. Délogé de la première place, Pagenaud repartait en quatrième position à trente tours du but. Dépassant rapidement Barrichello et Sato qui était forcé d’économiser son carburant (une stratégie identique à celle de Power. Ndlr), Simon avait onze tours pour combler un écart de sept secondes.

Gêné par les retardaires (dont Viso. Ndlr), Will Power voyait le jeune rookie français fondre sur lui mais réussit tout de même à conserver huit dixièmes de secondes d’avance sur la ligne. La troisième marche du podium revient à James Hinchcliffe. Le canadien réalise son meilleur résultat en carrière en montant pour la première fois sur le podium. Notons qu’il a bénéficié d’un contact lors du dernier tour entre Takuma Sato (alors troisième. Ndlr) et Ryan Hunter-Reay. L’Américain, jugé responsable de l’accrochage, sera finalement rétrogradé en sixième position (pénalité de 30 secondes ajouté à son temps de course. Ndlr).

Un festival d’accidents et de contacts

Dès le départ, le ton était donné ! Qualifié pour la première fois de sa carrière en première ligne (le premier rookie à réaliser cette performance depuis Robert Doornboos au Kansas en 2009 . Ndlr), Josef Newgarden avait le désir de se montrer sa pointe de vitesse. Las, dès le premier virage, alors que l’Américain tentait à l’extérieur du premier virage de dépasser le poleman Franchitti les deux pilotes s’accrochent et Newgarden termine sa course dans le mur de pneus.

Suivent ensuite des incidents entre EJ Viso et Alex Tagliani qui déclarera du vénézuélien “qu’il est le type de pilote qui déconnecte très souvent…”, une sortie de Katherine Legge au virage neuf, un accrochage entre Barrichello et Conway au deuxième virage forçant l’Anglais à changer son aileron arrière, un léger contact entre Franchitti et Briscoe au restart du trente-et-unième tour et un contact entre Castroneves et Barrichello à l’épingle dans le dernier tour, ce qui vaudra au pilote Penske une pénalité de trente secondes (il termine finalement treizième. Ndlr)

Mais l’accident le plus impressionnant de la course s’est produit entre Graham Rahal et Marco Andretti. En bagarre dans le peloton depuis quelques tours déjà, Andretti tentait une manœuvre de dépassement sur Rahal au virage huit. Le pilote Andretti Autosport, alors engagé et décalé sur la droite de son adversaire, voyait Rahal lui fermer subitement la porte… Effet immédiat, malgré les protections sur les roues arrières sensées éviter les décollages, Andretti s’envole et évite de peu Scott Dixon ! Heureusement plus de peur que de mal pour les deux hommes qui s’en sortent indemnes.

Une course difficile pour les quadruples champions…

Sébastien Bourdais, triple vainqueur à Long Beach entre 2005 et 2007, a connu une course très difficile. Le manceau s’élançait en vingt-cinquième position, une contre performance en grande partie dûe à son moteur Lotus, et ne parvenait pas à trouver le rythme. Sorti dans le mur de pneus au virage neuf dès le vingtième tour (au même virage que Katherine Legge quelques tours plus tard. Ndlr), Bourdais repartait dans les profondeurs du classement (la DW12 est décidemment solide !). Au final le manceau se classe en dix-septième position à trois tours du vainqueur.

Un autre pilote a connu des difficultés lors de cette course de Long Beach : le poleman Dario Franchitti. Le champion en titre n’a pas réussi a confirmer ses bons chronos des qualifications et ne parvient toujours pas à s’acclimater à la nouvelle Dallara DW12. Après avoir quelque peu endommagé sa voiture à la suite de contacts avec plusieurs de ses adversaires, l’Ecossais termine à une lointaine quinzième position…

neque. mi, ut Donec leo ipsum non Nullam odio Phasellus