Toyota Grand Prix of Long Beach : Faits et déclarations

Faits :

Honda avait toutes les cartes en main pour gagner à Long Beach mais c’est finalement Chevy qui s’impose pour la troisième fois de l’année, toujours grâce à l’équipe Penske. Will Power, parti douzième suite à une pénalité de dix places infligée à tous les pilotes Chevrolet, a su adopter une stratégie audacieuse pour remporter sa dix-septième victoire en carrière.

L’Australien a su résister à un Simon Pagenaud héroïque en fin de course, capable d’aligner des tours incroyables entre 1,5 sec et 2 sec plus rapides que Power. C’est la première victoire de Penske à Long Beach depuis 2001 et la seconde de Power sur le tracé californien. Le podium est complété par James Hinchcliffe.

Déclarations :

Will Power (1er) : “C’est un très beau jour pour le team Penske ! Nous ne pensions pas que la victoire était possible en partant 12ème. Mais une fois encore grâce à Tim (Cindric. Ndlr) et Dave mon ingénieur nous avons réussi. Je suis également content d’avoir pu battre Simon Pagenaud car lorsqu’il a heurté un de mes pneus dans les stands j’étais en colère car je pensais que ça allait ruiner ma course… En fin d’épreuve j’avais quatre secondes d’avance et mon équipe m’a dit de conserver du carburant mais j’ai du attaquer dans les deux derniers. Heureusement c’était suffisant.”

Simon Pagenaud (2ème) : “C’était une course fantastique. Ma voiture était impeccable dès le départ malgré le fait que nous n’ayons qu’une monoplace dans l’équipe. Nous n’avons pas autant d’informations que Penske ou Ganassi mais je suis heureux de pouvoir leur donner du fil à retordre. Avec un tour de plus j’aurai tenté un dépassement je vous le dis !”

James Hinchcliffe (3ème) : “Félicitations à Firestone qui nous a fourni des pneus nous permettant de nous battre et de choisir des stratégies différentes. C’était une course excitante de mon point de vue, j’espère que c’était la même chose pour vous. Grâce aux fans, cet événement a été fantastique. Je ne sais pas pourquoi mais cette piste m’aime bien puisque j’ai enfin réussi a monter sur le podium. Quand nous partons de la première ligne ça ne marche pas, pareil quand nous partons en seconde ligne et je me suis dis à Barber que j’y arriverai simplement dans des circonstances bizarre. Ca n’a pas manqué puisque j’y suis arrivé en dépit de ma pénalité !”

Ryan Hunter-Reay (6ème) : “J’ai tout donné aujourd’hui et c’était une course difficile. Les courses à la stratégiesont difficiles pour les pilotes puisque nous devons attaquer sans cesse sans savoir contre qui nous nous battons. C’est comme une histoire sans fin, nous devons donc faire confiance à notre équipe. Ils avaient la bonne stratégie et c’est un honneur de piloter pour eux. En revanche je suis triste que Sato ait terminé dans les pneus mais je savais qu’il économisait son carburant. Je suis revenu sur lui rapidement et quand j’ai tenté de le dépasser il a refermé la porte devant mon museau. C’est dommage car mon équipe méritait un podium aujourd’hui. Nous reviendrons plus forts au Brésil, les points sont important il faut en marquer à chaque rendez-vous pour rester dans le coup.”

Takuma Sato (8ème) : “Je n’ai pas encore vu le drapeau à damier cette saison. C’était une course excitante du début à la fin. J’ai dépassé par mal de pilotes lors du restart puisque j’étais en pneus tendres. J’ai poussé autant que possible et j’ai notamment dépassé Power avant de prendre la tête de la course. Dans mon dernier relais je devais économiser du carburant et dans le dernier tour Hunter-Reay m’a mis dehors… Il n’était pas assez engagé et c’est dommage de terminer la course ainsi. Nous avons montré un bon niveau de performance et nous allons conserver cette dynamique au Brésil.”

Dario Franchitti (15ème) : “Nous étions sur une stratégie à deux arrêts que nous pensions la meilleure. Ce n’est vraiment pas le résultat que nous espérions ! Notre voiture n’avait pas une bonne adhérence mais nous avons essayé de rester proches des leaders. Lors d’un restart Briscoe m’a bloqué et j’ai endommagé mon aileron avant. Après cela nous avons perdu du temps en changeant ma moustache et finalement nous avons connu un ennui mécanique en fin de course…”

Josef Newgarden (ab) : “J’ai eu l‘impression d’être à côté de lui (Franchitti. Ndlr) et du lui laisser la ligne intérieure mais nous nous sommes touchés et je suis allé directement dans le mur. Ce n’était peut-être pas une bonne manœuvre mais s’il avait freiné à côté de moi je lui aurai laissé la ligne et je me serai rabattu… C’est vraiment difficile et je me sens mal pour l’équipe.”

dolor dictum tempus at Donec fringilla sem, ultricies justo velit, Phasellus