Bourdais, véritable atout pour Lotus

Jay Penske, le fils du capitaine Roger Penske et propriétaire de l’équipe Dragon Racing, n’est pas mécontent d’avoir su attirer Sébastien Bourdais dans son écurie. Après les trois premières épreuves IndyCar de la saison, le Dragon Racing a déjà enregistré un top-10 sur le Barber Motorsports Park grâce à Bourdais. Son propriétaire était d’ailleurs fou de joie lorsque la voiture noir et or n°7 motorisée par Lotus a franchi la ligne d’arrivée. Heureux, Sébastien ne se montrait toutefois pas complètement satisfait par la situation :

“C’était super d’avoir pu vivre une telle course à Barber pour toute l’équipe qui a travaillé dur. C’était une sorte de récompense mais il reste encore du chemin pour arriver où nous voulons être.”

Le quadruple champion Champ Car aux 31 victoires sait mieux que quiconque que l’ensemble châssis-moteur demande un travail constant pour être développé correctement. Or, cette année,
les équipes Lotus accusent un manque de temps en piste évident (Sébastien Bourdais n’a pu tester sa voiture qu’une seule demi-journée à Sebring avant la première course de la saison. Ndlr), ce qui se ressent au niveau de la puissance du bloc V6 anglais…

Hormis Barber, Sébastien Bourdais a connu deux courses très difficiles à St Pete et Long Beach. Qualifié très loin sur la grille, le manceau souffre lors des relances notamment sur les circuits urbains : “Je pense que le pic de puissance du moteur est bon mais nous perdons du temps lors de la montée en régime. On ne peut pas faire patiner les pneus en seconde ce qui est un indicateur qu’il n’y a pas assez de puissance en bas régime ! Le moteur a du potentiel mais nous devons encore le mettre au point pour le faire évoluer, ce qui demande du temps, de l’argent et du personnel.”

Et c’est bien là que le bas blesse : le moteur Lotus est fiable mais manque cruellement de puissance ! Pendant la course tous les pilotes Lotus ont eu du mal à se relancer correctement à la sortie de l’épingle et se sont fait déborder très (trop ?) facilement. C’est certainement pour cela que quelques pilotes ont décidé de sur-conduire afin de compenser tant bien que mal le retard accumulé tout au long des 11 virages qui composent le circuit de Long Beach. Après un contact avec le mur de pneus au tour 20, Sébastien Bourdais termine à une lointaine dix-septième position.

Malgré tout le manceau tente de retenir le positif : “Lotus essaye de réduire l’écart pendant la saison mais ce n’est pas facile et c’est quelque chose qui me préoccupe particulièrement. Je les crois capables et volontaires mais ils doivent se battre contre des gens très forts chez Honda et Chevy. Tout le monde est motivé on va peut-être bientôt commencer à voir la lumière au fond du tunnel.”

Comme tous les grands champions, Bourdais est un boost pour Lotus et sa façon de préserver ses pneus est un véritable atout dans le championnat. Sans même avoir effectué d’essais sur le circuit de Barber, Sébastien a été capable de réaliser une performance admirable : “Nous n’avons pas dépassé nos adversaires en vitesse pure mais en conservant mieux nos pneus. C’est toujours agréable d’obtenir un tel résultat mais il faut voir la performance dans son ensemble. Je ne voudrais pas que les gens soient trop optimistes… L’objectif reste de mieux se qualifier pour nous faciliter la vie par la suite.”

Lors de la prochaine manche, sur le circuit urbain de Sao Paulo, espérons que Sébastien puisse être en mesure de tirer le meilleur de sa DW12 sans trop être handicapé lors des relances…

ultricies Sed lectus ut nunc libero non venenatis, id, ut