C’est toujours la même chanson pour Jeff Gordon

Jeff Gordon est-il poursuivi par la malchance ? Le pilote de la Chevrolet n°24 de la Hendrick Motorsports est en tout cas dans une série noire. À chaque fois qu’il domine une course ou qu’il est en position de gagner il rencontre un problème qui l’empêche de rejoindre la Victory Lane.

Peu après le passage de la mi-course des FedEx 400, c’est un duel entre pilotes de la Hendrick Motorsports qui semblait se dessiner puisque Jeff Gordon menait devant, le futur vainqueur de l’épreuve, Jimmie Johnson.

La bataille entre les deux hommes a tourné court puisque Gordon a été contraint de repasser par les stands au tour 250 pour un arrêt hors séquence suite à un problème au niveau de sa roue arrière gauche.


Gordon s’est ensuite arrêté au tour 325, comme prévu, mais il était à un tour lorsque la NASCAR a sorti le drapeau jaune pour débris au 339ème tour. Gordon a pu revenir dans le tour puisque les leaders se sont arrêtés, il a donc bénéficié de la règle du wave-around, mais c’en était déjà fini de ses chances de victoire.

Jeff Gordon : “La voiture la plus rapide ne gagne pas toujours. Nous sommes là en treizième position ou quelque chose comme ça. C’est dingue. C’est toujours plus frustrant quand vous avez la voiture pour gagner et que vous le montrez en menant la course.”

Cette épreuve de Dover a marqué la mi-saison régulière, de part sa position au classement général, vingt-et-unième à 175 points de la tête, Jeff Gordon n’a plus le droit à l’erreur et doit enchaîner les victoires pour bénéficier d’un wild card et ainsi se qualifier en playoffs.

Jeff Gordon : “Maintenant nous nous foutons de terminer dans le top-15 ou le top-10. Cela ne signifie rien pour nous. Nous avons besoin des victoires.”

Comme souvent, Gordon n’a pas vu le débris qui a permis de le remettre dans le tour, mais il souhaite malgré tout revoir les images.

Jeff Gordon : “J’aimerais le voir car je ne l’ai pas vu. Je ne vais pas faire de commentaire avant cela.”

La donne est maintenant simple pour Gordon. Il faut gagner, gagner et encore gagner. À commencer par l’épreuve de ce week-end sur l’ovale atypique de Pocono.

lectus ante. ut mattis id, Praesent et, neque. massa