Victoire pour Dixon dans un doublé Chip Ganassi

Une semaine après avoir volé la vedette aux pilotes Chevrolet, les deux compères du Chip Ganassi Racing ont remis ça ce week-end dans les rues de Detroit, à quelques kilomètres des quartiers-généraux de Chevy.

Parti en Pole Position, Scott Dixon n’a laissé que des miettes à ses poursuivants. Dans la première partie de la course, le Néo-Zélandais s’est montré dominateur au point de porter son avance à dix-secondes au 35ème tour sur Will Power qui malgré toute sa science du pilotage sur les circuits urbains, ne pouvait rien faire pour réduire l’écart. Malheureusement pour le pilote Chip Ganassi Racing, tout son travail se voyait réduit à néant lorsque James Hinchcliffe partit à la faute au virage 6 après avoir roulé sur un morceau d’asphalte qui s’était décollé de la piste et après que Takuma Sato a tapé le muret extérieur au virage 12. A ce moment, la Direction de Course n’eut d’autre choix que de sortir le Pace Car pour la première fois de la journée.


Mais la neutralisation qui ne devait durer que quelques tours le temps de dégager les voitures s’est finalement transformée en drapeau rouge. En effet, immédiatement après son contact avec le mur de pneus, Hinchcliffe a hurlé sa colère dans sa radio en évoquant un problème de revêtement sur la piste. Et pour cause, un morceau d’asphalte venait de se décoller de la piste et siégeait au milieu de la trajectoire forçant les pilotes à modifier leur ligne pour l’éviter. Malheureusement pour le pilote Andretti Autosport, il n’a pas pu passer outre et lorsque sa roue avant droite a tapé le morceau de bitume, la sanction fut immédiate. Sans direction, Hinchcliffe a tiré tout droit dans le mur de pneus.

Une fois toutes les voitures aux stands, les commissaires ont commencé à identifier tous les endroits où le revêtement commençait à se décoller. Car en plus de l’asphalte, des morceaux de raccords partaient eux aussi en lambeaux. Au final et après que Beaux Barfield est lui-même descendu de la Direction de Course pour superviser le travail des commissaires, il aura fallu 1H59min46sec aux commissaires pour réparer la piste grâce au même produit que celui utilisé lors des Daytona 500 de 2010.

Une fois les réparations effectuées, l’INDYCAR a annoncé la relance de la course pour une distance portée de 90 tours à 60, de peur que le revêtement ne fasse encore des siennes. Les voitures ont donc repris la piste au 47ème tour avec Dixon en tête devant Power, Simon Pagenaud, Tony Kanaan et Helio Castroneves.

A l’agitation du drapeau vert, Pagenaud se débarrassait de Power pour le gain de la seconde place. Maître dans l’exercice de la relance en pneus froids, le pilote Penske n’a rien pu faire pour empêcher le Français de le doubler. De son côté, Dario Franchitti qui évoluait en sixième position après s’être élancé 14ème, gagnait deux positions lors du restart pour faire son entrée dans le top-5 tandis qu’Helio Castroneves partait à la faute emmenant avec lui Ed Carpenter au virage 6 et que Josef Newgarden et Ryan Briscoe effectuaient eux aussi un tour de valse au virage 7. Le pilote Sarah Fisher Hartman Racing étant arrêté en piste, les officiels furent forcés de déployer pour la deuxième fois le Pace Car.

Au 51ème tour, la course fut relancée avec Dixon en tête mais derrière le Néo-Zélandais, Franchitti prenait la mesure de Pagenaud pour le gain de la deuxième position. En difficulté durant tous les essais, Franchitti démontra à tout le monde pendant cette course pourquoi il était quadruple champion IndyCar. En revanche, à l’inverse de Franchitti, la course a joué des mauvais tour à Viso qui s’élançait pourtant depuis une excellente cinquième place, lorsque le Vénézuélien partit à la faute au virage 4, aidé par Marco Andretti, et provoqua la troisième neutralisation.

La course fur relancée au 54ème tour et rapidement, Dixon afficha la même forme qui lui avait permis de distancer Power dans la première partie de la course. Au 56ème tour, le Néo-Zélandais portait son avance à plus d’une seconde sur son coéquipier et se dirigeait tout droit vers sa première victoire de la saison.

Au final, Dixon s’est imposé sous la drapeau à damier devant Franchitti, Pagenaud, Power et un surprenant Oriol Servia qui a réalisé la même prestation que lors des 500 Miles d’Indianapolis au volant d’une Dallara du team Panther-Dreyer & Reinbold Racing revigorée par son nouveau V6 Chevrolet.

Hors top-10 signalons l’excellente prestation de Simona de Silvestro qui malgré son moteur Lotus famélique, a tout de même réussi à arracher une belle 13ème place au gré des évènements, ainsi que le bon début de course de Sébastien Bourdais qui évoluait en huitième position avant que son moteur commence à faiblir et ne le contraigne à l’abandon au 25ème tour.

Grâce à cette magnifique victoire, sa 28ème en carrière, le pilote Chip Ganassi Racing pointe désormais au deuxième rang du championnat à 26 points de Power tandis que Dario Franchitti remonte à la quatrième place à 56 points de l’Australien.

Praesent felis tempus luctus mi, nunc id