Jeff Gordon vise une cinquième victoire sur le Brickyard

Jeff Gordon, au même titre que Mark Martin, Jeff Burton et Bobby Labonte, fait partie des pilotes à avoir participé aux dix-huit courses de NASCAR Sprint Cup Series sur l’année le plus célèbre de l’Indiana. S’il est natif de Vallejo en Californie Gordon a grandi à Pittsboro, une commune à une vingtaine de miles à l’ouest de l’Indianapolis Motor Speedway.

Trois poles, quatre victoires, dix top-5, quatorze top-10, dix-sept courses à l’arrivée dont seize dans le tour du vainqueur, 2759 tours couverts dont 476 en tête, une place moyenne au départ de 12,6 pour 9,1 à l’arrivée, voila en résumé les statistiques de Jeff Gordon sur le Brickyard.

En fait il n’y a que trois pistes sur lesquelles il à une meilleure place moyenne à l’arrivée, à Martinsville avec 7,1 (sept victoires, 39 courses), Kentucky avec 7,5 (0 victoire, deux courses), Sonoma 8,6 (cinq victoires, vingt courses).


Pour cette édition 2012 des Crown Royal 400, tentera de faire oublier sa déconvenue de la saison passée où il avait mené 36 tours et avait la meilleure voiture, mais n’avait pas réussi à battre Paul Menard dans les derniers tours, ce dernier étant sur une stratégie à la consommation. Gordon avait pris la deuxième place, abandonnant ainsi trois points précieux en début de Chase.

Pour cette année la donne a bien changé pour le quadruple champion qui se doit de gagner au moins deux fois d’ici la fin de la saison régulière s’il veut avoir une chance d’intégrer les playoffs. Entre les erreurs stratégiques la dernière en date à Loudon, les crevaisons à Bristol, Darlington à deux reprises et Richmond, sans oublié les accidents dans lesquels il a été impliqués à Talladega et Martinsville ou encore les ennuis mécaniques à Daytona et au Kansas, Gordon n’a pas été épargné et n’est classé qu’en dix-septième position alors qu’il ne reste que sept courses à couvrir avant le début des playoffs.

Pour Dale Jarrett, consultant sur la chaîne ESPN, champion 1999 et double vainqueur sur le Brickyard (1996 et 1999 – ndlr.), Gordon jouit d’une incroyable malchance et la roue doit tourner, pourquoi pas à Indianapolis, le meilleur endroit selon lui.

Dale Jarrett : “Ils ont eu une tonne de malchance. Pour remporter un titre ou être compétitif, vous devez avoir la chance de votre côté. Je pense que Jeff a le talent qu’il a toujours eu, mais ils doivent se cracher dans les mains. Je sais qu’il pilote tous les tours de la meilleure façon possible. Ils doivent juste avoir de la chance. Ce week-end pourrait être le bon endroit pour lui afin que la roue tourne.”

Depuis l’instauration du Chase en 2004, Gordon n’a raté qu’une édition c’était en 2005, année durant laquelle il avait remporté trois courses lors de la saison régulière.

Cependant, Indianapolis n’est peut-être pas la piste idéale pour Gordon afin de se relancer. S’il y compte quatre succès, il n’a plus franchi la ligne d’arrivée en tête sur cet ovale de 2,5 miles depuis la onzième édition, en 2004 et on sait à quel point les victoires vont être importantes pour le Chase. Gordon reconnaît être dans une position où il doit prendre des risques pour aller chercher la victoire, quitte à tout perdre.

Jeff Gordon : “Honnêtement, notre saison ne se déroule pas comme prévue. Nous avons beaucoup de vitesse et sommes capables de mener des tours. Nous n’avons pas les résultats qui vont avec. J’ai le sentiment que nous avons franchi un cap. Dans les dernières semaines nous avons réalisé de bonnes courses. Les semaines qui arrivent son cruciales pour nous. Il y a beaucoup de pistes sur lesquelles nous pouvons gagner.”

Sur les sept circuits sur lesquels la NASCAR Sprint Cup Series doit se produire d’ici la fin de la saison régulière, Jeff Gordon compte la bagatelle de vingt-sept succès. Outre les quatre succès d’Indianapolis, Gordon s’est imposé à cinq reprises à Pocono (La dernière fois en 2011), quatre fois à Watkins Glen (la dernière fois en 2001), deux fois au Michigan (la dernière fois en 2001), cinq fois à Bristol (la dernière fois en 2002), cinq fois à Atlanta (la dernière fois en 2011) et deux fois à Richmond (la dernière fois en 2000).

porta. commodo et, venenatis, lectus Curabitur eleifend Aliquam efficitur. ut elit.