Quatre questions à Javier Villa

Javier, les résultats enregistrés au Tours Speedway ne reflètent pas vos réelles performances…

A Tours, tout pouvait arriver. Il s’agissait d’une première sur ovale pour la majorité d’entre nous, les règles étaientnouvelles et très différentes des standards européens. Malheureusement, nous avons été fortement pénalisés à cause de certaines d’entre elles, mais cela ne signifie pas que le week-end a été mauvais. J’ai en effet été très proche de signer la pole position, j’ai enregistré le meilleur tour lors de la course 2 et j’étais capable de suivre le rythme de Ben Kennedy, le pilote américain, en course 1. En dépit de l’absence d’un bon résultat, cela m’a apporté une belle satisfaction.


Après cette première expérience, que pensez-vous des courses sur ovale ?

J’ai beaucoup appris. Je me sens plus à l’aise avec le format des courses, je m’y suis facilement adapté et j’étais relax après avoir constaté que mes temps aux tours étaient comparables à ceux de Ben Kennedy, qui était notre référence. J’ai envie de recommencer à rouler sur ovale et engranger davantage d’expérience. J’ai beaucoup apprécié. Tours m’a donné une grande motivation pour tenter de m’aventurer aux USA.

Le Spa 200, le mois dernier, a également été décevant en terme de résultat alors que la vitesse était là. Pouvez-vous l’expliquer ?

Après ma première victoire à Brands Hatch, j’ai changé d’équipe. Cela signifie que nous avons abordé Spa avec quelques points d’interrogations concernant la performance. Je ne connaissais pas le team, la voiture n’avait plus roulé depuis plusieurs mois, et en sport automobile, il faut du temps pour que l’osmose se fasse. Ceci dit, j’ai ressenti un grand soutien de la part du Gonneau Racing, et nous avons rapidement avancé ensemble pour apporter quelques changements. Ces modifications ont commencé à porter leurs fruits à Tours, mais il est certain que pour les deux derniers meetings, nous aurons encore franchi une étape supplémentaire.

La prochaine manche se déroulera à Valencia, votre épreuve à domicile. Qu’espérez-vous accomplir là-bas ?

Valencia constituera ma troisième course avec l’équipe et nous aurons un bon planning ce week-end là. Concernant la lutte pour le titre, il nous reste quatre courses et beaucoup de points à décrocher. Il nous reste encore une chance de décrocher la couronne. En ce qui me concerne, j’ai de bons souvenirs sur ce circuit. J’y ai gagné en F3, je suis monté sur le podium en GP2 et j’ai mené l’épreuve l’an passé en WTCC. Il sera temps d’attaquer le plus possible afin d’arriver au Mans dans une position qui me permettra de me battre pour le championnat dès ma première saison dans le baquet d’une voiture de type NASCAR.

dapibus venenatis, et, in at ut commodo libero