Des Français en forme olympique à Mid-Ohio

Les sports mécaniques ne sont pas une discipline olympique mais ne sont pas pour autant moins passionnants. Car si le parcours de la France à Londres est plutôt flatteur, ses deux représentants en IndyCar ont eux aussi défendu fièrement le drapeau tricolore lors de la course de Lexington.

Commençons tout d’abord par Simon Pagenaud. Passé à côté de sa dernière course sur l’aéroport d’Edmonton, le pilote Schmidt-Hamilton Motorsports a réalisé un week-end constant en se plaçant régulièrement parmi les cinq plus rapides. Très à son aise sur ce circuit qu’il a connu du temps où il courrait en ALMS, Pagenaud a rapidement trouvé les bons réglages pour exploiter au mieux sa Dallara-Honda.


En course, le constant fut encore plus probant puisqu’il a toujours évolué dans le groupe de tête à quelques mètres seulement des leaders qu’étaient Scott Dixon et Will Power.

Je ne pensais pas qu’il (ndlr : Bourdais) était si proche lors du freinage mais j’ai vraiment élargi et il n’a pas pu compléter sa manoeuvre.“, racontait Pagenaud. “Nous étions juste avec notre niveau de carburant. J’économisais pas mal lors de mon dernier relai pour finir la course. La voiture était si bonne en pneus tendres. Elle était exceptionnelle. C’était vraiment une bonne course, donc merci à tous les gars de l’écurie. Nous avons fait un gros, gros pas en avant ce week-end et ça nous servira pour Sonoma.

Sans aucun doute, Schmidt-Hamilton Motorsports et Pagenaud bénéficient du développement continu qu’ils ont effectué tout-au-long de l’année sur leur unique monoplace et leur travail porte ses fruits. A tel point que l’écurie envisage la possibilité d’ajouter une seconde monoplace aux côtés de Pagenaud en 2013. Voilà qui devrait donner des ailes au Français s’il reste dans cette écurie.

Du côté de Sébastien Bourdais son week-end est allé crescendo et pour la première fois de l’année ressemblait à un course normale. Epargné par les incidents mécaniques et par les retards liés aux problèmes de mise au point de sa voiture, le Manceau a pu pleinement se concentrer sur l’optimisation de sa monoplace. Sonnant à la porte du top-10 lors des premières séances d’essais, le quadruple champion ChampCar s’est affirmé en qualification en réalisant le septième chrono.

En course, à l’image de son compatriote, Bourdais a tout le temps lorgné sur le top-5 puis sur le podium au point qu’en fin de course, il ne manqua que quelques tours au pilote Dragon Racing pour se débarrasser de Pagenaud et ainsi décrocher son premier podium en IndyCar depuis son retour aux Etats-Unis. Au final, Bourdais a apprécié son premier top-5 de l’année, une véritable satisfaction après avoir connu une saison 2012 frustrante à cause notamment de l’association de Dragon avec le motoriste Lotus jusqu’au mois de mai.

C’était vraiment une bonne course. La voiture était très rapide. Il y avait beaucoup de course à la consommation, mais nous nous sommes échappés. Je pense que nous aurions pu oser davantage.“, concédait Bourdais à la sortie de sa voiture. “Les deux fois, nous aurions pu aller un peu plus loin et je pense que c’était le ticket pour le podium. Mais vous ne voulez pas être le dernier en piste si le drapeau jaune est brandi et que la voie des stands est fermée (…). Aussi fort que je voulais monter sur le podium, nous sommes satisfais de cette quatrième place.

at amet, efficitur. fringilla commodo velit, leo. ut libero. justo Curabitur mattis