Michigan – fiabilité défaillante à la Hendrick

Pour Jeff Gordon ce n’est pas la bataille avec son coéquipier Dale Earnhardt Jr. qui l’embêtait, mais bel et bien un problème moteur qui l’a contraint à passer par les garages avant de revenir en piste et terminer à une anonyme vingt-huitième place.

Résultat le quadruple champion de la NASCAR Sprint Cup Series perd une place au classement où il pointe désormais en seizième position. Il va lui falloir gagner au moins l’une des trois dernières courses de la saison régulière s’il veut participer aux playoffs.


Un autre pilote pouvait se montrer frustré à l’issue de cette course, il s’agît de Jimmie Johnson. Le quintuple champion, parti de l’arrière du peloton pour un changement de moteur lors de la première séance d’essais du samedi pointait en tête à cinq tours de l’arrivée, lorsque son moteur est parti en fumée. Résultat une vingt-septième place alors qu’il était leader de l’épreuve au moment de l’explosion de son V8.

Tony Stewart n’est pas un pilote de la Hendrick Motorsports, mais il achète ses châssis et moteurs à la Hendrick. Le champion en titre a lui aussi connu le même problème que Gordon. S’il a un temps repris la piste il a dû se résoudre à abandonner, ne bouclant que 109 des 201 tours que comptait l’épreuve.

Tony Stewart : “C’est quelque chose d’anormal. J’apprécie tout le monde au département moteur de la Hendrick. Nous avons eu trois moteurs (quatre si l’on compte celui de Johnson lors des essais – ndlr.) qui ont lâché. Ce n’est pas dû à un manque de travail. Avoir un problème comme celui ci n’est vraiment pas courant. Comme j’aime à le dire, nous avons les meilleurs ingénieurs moteurs au monde, en tout cas de la série. Ils font tout ce qu’ils peuvent.”

Suite à son retrait Tony Stewart a été classé en trente-deuxième position.

Phasellus odio mattis dolor id, Lorem venenatis Aliquam Curabitur leo