2013 c’est demain, mais c’est flou, très flou…

Le mois d’octobre va être extrêmement chargé pour l’ensemble du plateau de la NASCAR Sprint Cup Series. Outre les quatre épreuves du Chase disputée à Talladega, Charlotte, Kansas City et Martinsville il y aura pas moins de sept journées de tests !

Si les journées du 17 et 18 octobre permettront aux pilotes de prendre leurs marques sur la nouvelle asphalte du Kansas Speedway les cinq autres dates permettront de tester la nouvelle voiture.

Une journée sera organisée à Talladega le 3 octobre, puis deux jours au Texas les 9 et 10 octobre et enfin deux autres journées à Phoenix les 24 et 25 octobre sans compter les deux séances programmées à Charlotte les 6 et 7 novembre prochain ! À chaque fois Goodyear déploiera une armada d’ingénieurs et de gommes afin d’obtenir un maximum de données.


Alors que les premiers tests s’approchent à grand pas, Chevrolet n’a toujours pas annoncé le modèle qui sera aligné la saison prochaine, on parle de la Holden Acarplace 2014, Holden étant la marque australienne de General Motors, mais pour l’instant rien de concret de ce côté là.

Du côté du règlement technique la NASCAR a récemment avoué ne l’avoir toujours pas terminé et ce sont les chefs d’équipe qui s’arrachent les cheveux en essayant de s’adapter aux différentes règles que la NASCAR leur envoie par fax.

Shane Wilson, chef d’équipe de Paul Menard : “Nous sommes en plein flou artistique. Nous ne savons pas si nous pourrons présenter une voiture pour les tests de Talladega. Les tests coûtent cher alors nous devons savoir si nous sommes sur la bonne voie ou non.”

L’objectif des plus grosses écuries est de construire trois châssis différents pour ces tests du mois d’octobre, un premier pour le ovales à plaque de restriction, un deuxième pour les intermédiaires enfin un dernier pour les short tracks.

Shane Wilson : “Ca va être chaud pour les essais du Texas. Certaines écuries pourraient ne pas avoir de voiture. La NASCAR parle de nouvelles règles, si cela est avéré ce sera compliqué pour les écuries d’être prêtes à temps.”

La difficulté réside en la constructions de châssis, puisqu’à l’origine la NASCAR avait autorisé les écuries à utiliser les châssis actuels avec une carrosserie 2013, mais la NASCAR voulant alléger les châssis de 160 livres (72,6 kg – ndlr.) et revoir le train arrière de la voiture cela affecte l’équilibre de la voiture et force les écuries à travailler sur un nouveau châssis.

Qui dit nouvelle voiture, dit comportement différent lorsque la voiture est seule en piste ou évolue en paquet ce qui implique une forte présence du manufacturier unique Goodyear lors des différentes sessions afin d’avoir une base de données solide.

Drew Blickensderfer, le chef d’équipe de Jeff Burton, reconnaît que la Richard Childress Racing est certainement l’écurie qui a le plus avancé dans le développement de la voiture 2013, mais il admet être inquiet de la précocité des essais automnaux.

Drew Blickensderfer : “Je ne pense pas que nous aurons la carrosserie 2013 pour les essais de Talladega car nous avons déjà construit un modèle que nous testerons. Après avoir analysé les données récoltées nous monterons la nouvelle carrosserie.”

Ne pas apporter les carrosseries prévues pour 2013 sera un handicap pour les écuries qui prendront se risque, puisque les données s’en trouveront faussées, du fait d’un centre de gravité déplacé.

Drew Blickensderfer : “En 2013 il n’y aura plus de pincement ce qui veut dire que les voitures n’évolueront plus en crabe en ligne droite.”

La NASCAR va également autorisé l’ajout du carrossage sur l’arrière passant de deux à quatre degrés afin d’avoir plus de grip sur le train arrière.

Drew Blickensderfer : “On va enlever le grip aéro pour le remplacer par du grip mécanique. L’arrière de la voiture sera plus coincé avec quatre degrés.”

Toutes ces contraintes imposés par la NASCAR devraient forcer les écuries à construire de nouveaux essieux arrière.

Tous ces changements viennent s’ajouter à un important imposé par la NASCAR concernant l’arceau de sécurité ce qui contraint également les différentes équipes à en construire une vingtaine et de les faire homologuer.

Toutes ces modifications du règlement risquent bien de forcer les écuries à tester bien plus qu’elles ne le faisaient ces dernières années durant l’hiver, ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose en tout cas pour Drew Blickensderfer qui estime ainsi que tout le monde est mieux préparé au coup d’envoi de la saison.

vel, leo. luctus venenatis ipsum et, Donec risus. Praesent Nullam efficitur.