Dale Earnhardt Jr. doit-il prendre sa retraite ?

Arnaud : “Selon moi la question n’est pas la bonne. Ce n’est pas à nous de dire s’il doit prendre sa retraite.

Ce jour arrivera quand plus aucune équipe de premier rang ne cherchera à attirer des sponsors sur son nom et son (petit) palmarès. Par contre, va-t-il prendre sa retraite à la fin de la saison ? Cela reste quand même très improbable, bien que je ne fasse pas encore partie de ses confidents.
Son comportement de ces dernières semaines, ses critiques répétées et son forfait suite à une commotion semblent cependant montrer un léger agacement de la part de junior.

Avec sans aucun doute l’un des meilleurs matériels à sa disposition, ce pilote n’arrive pas à gagner et ne sera pas encore champion cette année. Poussé par la Junior Nation, il doit être convaincu depuis des années qu’il est l’un des meilleurs pilotes du plateau et qu’il doit forcement être champion un jour. Mais plus le temps avance et moins ce profil semble correspondre au pilote de la n°88. Tout le monde sait que si un pilote ne prend plus de plaisir à rouler et qu’il craint d’être blessé à chaque fois qu’il met son casque, il n’en a plus pour longtemps et sa carrière est sur le point de se terminer. Je ne sais pas si c’est le cas de Jr., mais les signes ne sont pas bons.

Par contre, si la majorité de ses fans arrêtent de regarder les courses quand Junior ne roule pas (les deux prochaines seront de bons indicateurs), la NASCAR a du soucis à se faire et elle pourrait bien faire en sorte qu’il prolonge encore un peu sa présence sur les circuits.”


Anthony : “Il faut bien l’avouer, le cas de Dale Earnhardt Jr. est complexe… Etre le fils
d’un septuple champion NASCAR a forcément aidé Dale Jr. à gravir la pyramide du sport
auto américain plus rapidement que prévu. En revanche, il y a une contrepartie de taille : la
pression de la part des sponsors, des fans et des journalistes vis-à-vis des résultats… et cela
d’autant plus qu’il a intégré les rangs de la prestigieuse Hendrick Motorsports en 2008 !

Après un début de carrière prometteur avec à la clé deux titres en Busch Series (ex-
Nationwide Series), Dale Earnhardt Jr. n’est plus tout-à-fait aussi performant. Autrefois
spécialiste des courses à restrictor-plates, il s’est même risqué à déclarer que les courses
en paquet actuelles ne l’intéressaient plus, après le crash dans lequel il a été impliqué à
Talladega ! A 38 ans, Dale Jr. aurait-il perdu confiance ?

Elu pilote le plus populaire de NASCAR pour la neuvième année consécutive en 2011,
Earnhardt Jr suscite beaucoup de commentaires. Et il n’y a pas de demi-mesure, soit on
l’aime, soit on le déteste. C’est vrai que depuis la saison 2004 où il avait remporté six courses
et terminé cinquième au général, l’Américain n’est plus vraiment à la fête…

En 2012, Junior avait pour moi franchi un nouveau cap mais depuis le début des play-offs il
n’a pas été à la hauteur des attentes. Faut-il qu’il prenne sa retraite ? Je ne pense pas ! Dale Jr
a encore une belle pointe de vitesse, attire les sponsors et les fans, c’est un véritable atout pour
la série. L’histoire serait belle si, comme son père, il remportait un titre mais ne rêvons pas, la
concurrence est rude en NASCAR !”


Sébastien : “Il”Dale Earnhardt Jr doit-il mettre un terme à sa carrière ? A mon avis, quand on est pilote de voitures de courses, il faut savoir prendre des risques et en avoir envie. Apparemment, après son accident de Talladega, il a perdu au moins une partie de cette envie. Pour moi, le plus inquiétant, comme le souligne Anthony, c’est qu’il vient de se déclarer hostile aux courses en paquet alors qu’il se battait pour leur retour il y a un an ou deux ! Ce retournement de veste pourrait faire craindre que le pauvre a perdu la raison et que le choc qu’il a subi à Talladega a fait plus de dégâts que la commotion cérébrale annoncée.

Et que dire de son palmarès ? 2 victoires en 174 courses au sein de l’une des meilleurs équipes du championnat ! Deux titres en Nationwide ? Sam Ard, Larry Pearson et Martin Truex Jr ont eux aussi deux titres consécutifs dans cette série et tout le monde est d’accord pour dire que ce sont des pilotes d’exception !

Sa carrière de pilote compétitif, elle s’est terminée fin 2004 quand son oncle a cessé d’être son crew chief. Depuis, il prend le départ des courses parce que c’est son boulot, mais il n’est plus dans la course au titre. S’il est encore là, c’est surtout parce qu’il s’appelle Earnhardt, qu’il agit comme un aimant surpuissant auprès des sponsors et des fans. S’il s’appelait Matt Kenseth, ça ferait 3-4 ans qu’il ne serait plus chez Hendrick et qu’il fréquenterait des équipes de seconde zone.”

Geoffroy : “Il y à mon sens deux possibilités de réponse à cette question. La partie marketing et la partie sportive, mais celles-ci sont indissociables l’une de l’autre lorsque l’on s’appelle Dale Earnhardt Jr.. Sur le plan purement marketing le retrait de Dale Earnhardt Jr. pourraît s’apparenter à une petite catastrophe industrielle. Certe la NASCAR pourra s’en relever, mais la perte serait immense pour beaucoup de fans qui s’intéressent à ce pilote car il est uniquement le fils de.

Passons maintenant à l’aspect sportif de la question. En cinq saisons quasi-complètes à la Hendrick Motorsports, la meilleure écurie du plateau, doit-on le rappeler ? Dale Earnhardt Jr. présente un bilan anémique deux victoires, 29 top-5, 59 top-10 et quatre poles pour 174 départs. Indigne d’un pilote Hendrick. D’autres pilotes se sont d’ailleurs vu indiquer la porte pour des statistiques de la sorte, mais c’est Earnhardt alors on n’y touche pas sous prétexte de provoquer l’ire de ses fans.

Plus que les deux commotions en quelques semaines ce qui a provoqué le déclin de Dale Earnhardt Jr. depuis près de dix ans maintenant c’est son accident au volant de la Corvette sur la tracé de Sonoma. Même s’il ne la jamais avoué publiquement Earnhardt a été extrêmement marqué par cet accident. La santé est une chose on ne peut plus précieuse, c’est pourquoi à mon sens Dale Earnhardt Jr. devrait songer dans un avenir proche, d’ici un à deux ans, d’autant que la passion ne semble plus animer celui qui sera une nouvelle fois élu pilote le plus populaire cette année, car il faut bien qu’il remporte un titre tout de même.”

Eric : “Sportivement je ne le pense pas, il reste un bon pilote, avec cette saison 1 victoire, 10 top5 (5ème meilleur avec Gordon, Stewart et Biffle) et 18 top10 (3ème meilleur avec Bowyer) après Talladega. Pour moi il a sa place en Sprint Cup, même s’il est le pilote le moins bien classé au championnat de la Hendrick Motorsports.

C’est plutôt sur les ovales à plaques de restriction que sa place est discutable. Il a montré par le passé y être très performant, mais n’a pas gagné sur ce type de courses depuis la seconde course sur le Talladega Superspeedway en 2004.

Depuis quelques années, entre les différentes évolutions apportées par la NASCAR aux voitures et le resurfaçage des circuits, la physionomie des courses a changé sans que le fils du regretté Dale Earnhardt ne sache s’y habituer.

A l’apparition des “duos”, il a exprimé une envie de voir disparaitre ce type de courses et a souhaité un retour aux courses en paquet. En 2012, la NASCAR réussi après diverses modifications à neutraliser la formation des courses en duo, et le retour des fameux packs de Talladega.

Dale Earnhardt Jr a maintenant dit qu’il ne souhaitait pas ce type de courses. Mais que veut-il ? et que fait-il dans ces courses si c’est pour toujours s’en plaindre ?

Certes son contrat avec la Hendrick Motorsports, ses sponsors et son histoire personnelle et familiale ne lui permet pas de s’absenter sur des circuits comme Daytona ou Talladega, mais il doit se remettre en question concernant ses déclarations sous peine de voir les médias ou les fans lui tomber dessus à chacune de ses déclarations.

En conclusion, je pense que le pilote de la Chevrolet Impala SS AMP Energy/National Guard n°88 doit continuer sa carrière car il reste performant et quelque part très important pour la NASCAR, mais il doit arrêter de se plaindre dès que les décisions des officiels ne conviennent pas à sa petite personne.”

Kévin : “Je dois avouer que bien que la question soit provocatrice, elle m’a traversé l’esprit surtout après avoir lu les commentaires de Dale Earnhardt Jr. à propos de la physionomie des courses à plaques de restriction (des déclarations précisées depuis). Aurait-il peur désormais de ce genre de courses ? Je ne le pense pas mais je crois qu’il est tout simplement usé de voir à quel point ces courses sont devenues une loterie. Oui les paquets sont de retour mais ne sont pas identiques à ceux des années 90-2000 puisqu’un pilote est encore trop tributaire du travail de la voiture qui est derrière lui. Et dans ce contexte, Junior sait qu’il ne sera pas autant aidé qu’un autre pilote étant donné son pédigrée sur ce genre de circuits.

Pourtant, je reste persuadé qu’il doit poursuivre sa carrière en Cup. En effet, malgré les innombrables critiques qu’il doit encaisser, Earnhardt Jr. est toujours là et mieux encore, il a démontré à ses détracteurs qu’ils avaient tort. En 2011, il a complètement changé son approche de la course et sa relation avec ses ingénieurs, preuve qu’il est bel et bien un pilote impliqué et appliqué prêt à se remettre en question pour être plus performant. Ce travail a payé en 2012 puisqu’il est non seulement revenu sur la Victory Lane mais a également mené le championnat. Certes on peut regretter son Chase manqué jusque là. Mais encore faut-il rappeler qu’il est dû en partie à son accident du Kansas, survenu le 29 août lors de tests durant lequel, il encaissa un sérieux impact au point d’être victime (déjà) d’une commotion cérébrale. Tout sportif vous dira qu’il est impossible d’être à 100% après un tel traumatisme. Et voici pourquoi les résultats ont chuté en ce début de Chase. Earnhardt Jr. n’était plus concentré à 100%, avait du mal à ressentir le comportement de sa voiture et surtout pilotait tout en sachant que le premier accident avait laissé des traces. Là encore, comment piloter à 100% tout en sachant qu’un nouvel accident peut menacer votre santé de manière irréversible ?

La décision de Junior d’avoir consulté un médecin après son second crash est honnête à la fois vis-
à-vis de son écurie et de ses adversaires. Je suis convaincu qu’il peut revenir plus fort à l’image d’un Casey Stoner en MotoGp lorsqu’en 2009, le pilote Australien bien qu’ultra performant ne se sentait pas bien physiquement et avait préféré prendre du recul le temps de se refaire une santé. Au final, dès son retour, il terminait deuxième avant d’enchaîner par deux victoires. Junior a simplement besoin de temps pour se soigner et piloter de nouveau à 100%.”


porta. consectetur facilisis Aenean dapibus ante. justo suscipit