Tristan Vautier bientôt en IndyCar ?

Tristan Vautier est véritablement un pilote talentueux. Si certains en doutent encore, il suffit de regarder sa progression météorique dans l’échelle des séries monoplaces américaines depuis son arrivée sur le territoire de l’oncle Sam. Le jeune pilote de 23 ans s’est tout d’abord imposé en Star Mazda lors de sa deuxième saison dans le championnat puis il a enchaîné en 2012 avec le titre en Indylights Series face à des adversaires très expérimentés tels qu’Esteban Guerrieri ou Sebastian Saavedra.

En douze manches, Vautier s’est imposé à quatre reprises, dont une victoire sur ovale, ce qui montre le degré de maturité qu’a désormais acquis le jeune pilote martinérois. Très constant lors de ses courses, le français a su décrocher le titre grâce à une régularité remarquable. Très intégré dans la Mazda Road to Indy, Tristan vise désormais le dernier échelon, le sommet de la pyramide : l’IndyCar Series !

Et malheureusement, malgré la bourse accordée aux champions, le budget à réunir pour piloter dans la catégorie reine de la monoplace américaine reste très importante pour le français. Pour décrocher un baquet dans une écurie de pointe il faudra débourser entre 3 et 5 millions de dollars (500 000$ sont offerts au champion s’il choisit de piloter pour une équipe classée dans le “leaders circle“, 1 million de dollars dans le cas inverse. Ndlr).

Il est alors facile de comprendre la difficulté qu’ont connu les champions IndyLights précédents pour piloter dans la catégorie reine. En 2009 JR Hildebrand est resté une longue partie de l’année 2010 sans volant avant de pouvoir disputer deux courses pour le compte de l’équipe Dreyer & Reinbold Racing grâce à l’aide de sponsors personnels. Fort heureusement pour lui, l’Américain a eu ensuite l’opportunité incroyable de remplacer Dan Wheldon au sein de l’écurie Panther Racing de John Barnes.

L’année suivante, le français Jean-Karl Vernay s’est imposé avec la manière (cinq victoires en treize courses. Ndlr) pour sa première saison en IndyLights avec l’équipe de Sam Schmidt. Malheureusement pour le pilote originaire de Villeurbanne, les budgets n’ont pu être trouvés et JK a du retourner en Europe.

La seule véritable exception à cette règle fut le cas de Josef Newgarden, le champion 2011. Le jeune américain a pu trouver refuge dans l’équipe de Sarah Fisher afin de disputer la saison 2012 au volant de la DW12 n°67. Une saison qui n’a pas été couronnée de succès puisque Newgarden a accumulé les problèmes et les accidents. Il termine l’année 2012 à une anonyme 23e place au championnat…

Désormais, la période la plus dure commence pour Tristan Vautier. Le français est surmotivé pour trouver un baquet et le financement qui va avec. Parti à la rencontre de quelques équipes, le français ne va pas occuper son intersaison au volant de monoplaces mais bien à prospecter pour obtenir des soutiens financiers.

“Je pense que je suis entouré des bonnes personnes. C’est certain, les équipes ont besoin de beaucoup d’argent. Je crois que les top-teams demandent cinq millions de dollars. Bien-sûr, vous pouvez rouler si vous n’avez que trois ou quatre millions mais il faut aider l’écurie à trouver un budget. Certaines équipes ont des sponsors et n’ont plus qu’à choisir leur pilote, en espérant être l’un d’entre eux… C’est difficile de trouver de l’argent dans le contexte actuel. Malgré tout je sais que la série s’est améliorée ces dernières années et je pense que l’IndyCar a un futur radieux. J’ai de gros espoirs de trouver un volant d’une manière ou d’une autre.”

Tristan Vautier est donc concentré sur la saison 2013 et a eu peu de temps pour célébrer son titre 2012 en IndyLights : “C’est sûr qu’au fond de moi je suis heureux et j’apprécie la sensation de remporter un championnat mais je suis tourné vers l’année prochaine. J’ai la chance de bénéficier d’une bourse grâce à mon titre pour m’engager en IndyCar Series. Je sais que cela va être une marche difficile à franchir mais j’ai toujours l’espoir de trouver un baquet.”

Même s’il a prouvé sa pointe de vitesse lors de ces deux dernières années, Tristan est face à un dilemme… S’il trouve le budget pour rouler en IndyCar devra-t-il signer avec une écurie de fond de grille pour faire une saison complète ou est-il plus intéressant de faire quelques courses avec une écurie de pointe à l’image de Sebastian Saavedra cette année ou Will Power en 2009 ?

“SI je pouvais rester avec Sam Schmidt, ce serait excellent. Je dois le rencontrer mais il y a aussi d’autres équipes très rapides. Quand vous avez l’opportunité d’entrer dans la catégorie reine peu importe l‘écurie. Enfin il ne faut pas faire les choses de la mauvaise manière, je vais donc étudier toutes les possibilités. Je connais Simon depuis quelques années maintenant et je lui ai toujours demandé des conseils. Cette année, j’ai été immergé à ses côtés lors de la course d’Indianapolis puisque j’ai pu discuter avec lui, écouter ses conversations radio et assister aux débriefings avec l’équipe. J’ai beaucoup appris et je suis conscient que c’est un gros avantage pour mon futur.”

Croisons les doigts pour notre français, et espérons qu’il puisse décrocher un baquet dans une équipe de qualité qui puisse lui permettre d’accumuler de l’expérience. Le jeune Tristan est motivé et talentueux alors tous les espoirs sont permis… Nous essayerons de recevoir le Martinérois dans l’émission Splash n’go afin d’en savoir un peu plus dans les prochaines semaines.

id pulvinar vulputate, leo. sed Praesent nec