IndyCar 2012 : retour sur les dates clés (1/2)

A l’inverse des dernières intersaisons, l’IndyCar aborde 2012 sur un rythme soutenu. Encore sous le choc de la disparition de Dan Wheldon, le petit monde de l’IndyCar doit pourtant reprendre le chemin des circuits pour préparer une saison 2012 pleine de nouveautés et d’incertitudes. Pour la première fois depuis une décennie, les cartes sont redistribuées et personne ne sait qui aura l’avantage en ce début d’année.

Janvier 2012 :

Février 2012 :


Mars 2012 :


Avril 2012 :

  • La marche en avant d’Helio Castroneves se poursuit à Barber. Pole Position pour le Brésilien de retour sur le devant de la scène ! Serait-ce l’année du titre ?
  • En course c’est son coéquipier Will Power qui décroche la victoire grâce à une superbe stratégie de l’équipe #12. Encore une fois, le spectacle a été présent sur une piste où les dépassements sont réputés impossibles. Dans le peloton, les dents commencent à grincer du côté des écuries motorisées par Lotus, transparentes sur la piste.
  • Après les deux premières manches, les Français se mettent en évidence. Simon Pagenaud est cinquième au championnat tandis que Sébastien Bourdais réalise des miracles au volant de sa Dallara-Lotus et décroche le premier top-10 du motoriste de Norfolk. Enfin un troisième Français fait parler de lui : Jean Alesi sera à Indianapolis avec Newman/Haas Racing !
  • Dans un mois-et-demi les pilotes disputeront les 500 Miles d’Indianapolis et l’INDYCAR peaufine le package aérodynamique qui sera utilisé sur le Speedway. Marco Andretti se montre le plus rapide mais à seulement 218,6mph de moyenne. De nouveau, la DW12 inquiète sur son potentiel.
  • Le championnat se poursuit du côté de Long Beach. Avec une grille de départ chamboulée au gré des pénalités infligées aux pilotes victimes du bris de leur moteur, la course est très animée et encore une fois c’est Will Power qui tire son épingle du jeu. Pourtant sa tâche n’a pas été de tout repos puisqu’il a dû contenir dans les derniers tours un Simon Pagenaud déchaîné. Au championnat, l’Australien creuse l’écart sur son coéquipier Helio Castroneves relégué à 24 longueurs.
  • La saison n’est vieille que de trois courses mais déjà les esprits s’échauffent parmi les écuries motorisées par Lotus. En cause, un manque de performance, un manque de moyen et le non-respect de certaines clauses. En coulisses, il se murmure que Lotus pourrait se trouver abandonner par ses écuries.
  • Première à franchir le pas, Bryan Herta Autosport qui déclare forfait à Sao Paulo, le temps de changer de motoriste. La situation devient critique pour Lotus !
  • Décidément les motoristes monopolisent l’attention ! Après Lotus, voilà que Chevrolet et Honda entrent en conflit. La raison ? Honda conscient d’être en retrait sur le plan de la performance a demandé à l’INDYCAR l’autorisation d’introduire une nouvelle version de leur turbo à Long Beach. Initialement acceptée, cette demande a mis le feu aux poudres chez Chevy qui a vivement protesté contre cette décision.
  • La désaffection des écuries Lotus continue. Seules HVM et Dragon poursuivent avec le V6 britannique. Jusqu’à quand ?
  • Le “turbogate” se termine enfin. L’INDYCAR autorise définitivement Honda à modifier son turbo. Cette décision sera le point de départ d’une guerre entre patrons d’écurie et la Direction de l’INDYCAR…
  • L’aventure aura été de courte durée pour Newman/Haas Racing qui devait faire son retour en IndyCar à Indianapolis. L’écurie annonce finalement son retrait et laisse Jean Alesi sans volant.
  • A Sao Paulo le sport reprend ses droits et “Magic” Power démontre qu’il est toujours le maître des qualifications. Il devance son rival préféré Dario Franchitti de retour aux avant-postes du moins en qualifications, bien aidé par un moteur Honda revigoré par son nouveau turbo.
  • En course, Power domine en menant 63 tours sur les 75 que compte l’épreuve et s’impose magistralement. A quelques semaines des 500 Miles d’Indianapolis, le pilote Penske possède 45 points d’avance sur Helio Castroneves, de quoi courir l’esprit libre sur l’IMS.

Mai 2012 :

adipiscing Donec elementum lectus dapibus commodo commodo elit.