L’évolution de la NASCAR, six générations de voitures

Avec l’arrivée des nouvelles voitures en 2013, c’est l’ère de la sixième génération de voitures de NASCAR Sprint Cup Series : petite rétrospective de cette évolution.

La NASCAR est née de ces courses illégales qui mettaient aux prises les contrebandiers lors de la période de prohibition (1930). Ainsi les premières générations de voitures vues en course n’étaient que de simple voitures de série modifiées. Ainsi, la première génération a été ces Ford Coupe de 1939, aux Hudson Hornet à partir de 1952 jusqu’aux Ford Galaxy de 1965.

Durant 4 années de son existence, de 1956 à 1959, la NASCAR a organisé des courses réservées aux cabriolets où les Ford Fairlane se sont illustrées.

La seconde génération de voitures a été vue en piste de 1967 à 1980. Ce sont les débuts des châssis spécifiques pour toutes les voitures, technologie apportant plus de sécurité avec les arceaux-cages. La Ford Fairlane a marqué les débuts de cette génération, avant l’apparition de la fameuse Dodge Daytona – et de sa cousine la Plymouth Superbird – à l’aérodynamique léchée. Les Dodge Charger de 1973 et Chevrolet Monte Carlo de 1977 ont clôturé ce chapitre de la NASCAR.

La génération suivante, qui n’a été vue que durant 10 ans (1981 – 1991), avec un empattement réduit à 110 pouces afin de correspondre aux véhicules vendus en concession après la crise pétrolière. Ces voitures ont été parmi les plus rapides, en témoigne les records de vitesse enregistrés par Bill Elliott au volant de sa Ford Thunderbird de 1987 (212 mph à Talladega). Cette génération de voitures à vue l’arrivée d’une légende, Dale Earnhardt au volant de la Chevrolet Lumina.


De 1992 à 2006, les voitures utilisées en course se différencient de celles de route. Les équipes passent beaucoup de temps en soufflerie afin d’en affiner l’aérodynamique. Ainsi la Chevrolet Monte Carlo de 1995 – celle des quatre titres de Jeff Gordon -, la Ford Taurus de 1998 – première voiture 5 portes utilisée en NASCAR -, la Dodge Intrepit de 2001 ou encore la Ford Fusion en 2006 ont marqué cette époque.

Ensuite vint le chapitre de la COT – Car Of Tomorrow – de 2007 à 2012. Le but de ces voitures était de réduire au maximum les risques de blessures des pilotes en course, après le traumatisme de la mort d’Earnhardt père à Daytona en 2001. Cette cinquième génération a beaucoup évolué, pour aboutir au modèle de 2012.

Après la dernière génération, qui a vu des voitures très différentes de celles de fans et méconnaissables sans les stickers des constructeurs, la NASCAR souhaite renouer avec l’origine de ce sport : les voitures de série. Ainsi chaque modèle dévoilé cette année correspond à un modèle précis de la gamme. Les Ford Fusion sont bien reconnaissables de la Chevrolet SS ou de la Toyota Camry, sans parler de la Dodge Charger présentée en début de saison.

Il est souhaitable que la NASCAR ai visé juste avec cette nouvelle voiture, sans quoi la désertion des gradins des speedways et des audiences télé pourrait aller grandissant. Réponse en début de saison avec les Daytona 500, mais surtout les premiers ovales intermédiaires, juges de paix d’une saison de NASCAR.

leo suscipit tempus felis Phasellus felis Praesent vel,