Rolex 24 : victoire Ganassi, record pour Scott Pruett

Depuis les premiers essais, les Riley BMW de l’équipe de Chip Ganassi semblaient avoir un net avantage moteur. Cela s’est confirmé en course avec une aisance impressionnante pour la n°01 et la n°02.

La course a cependant été plus serrée que la domination Ganassi pouvait le laisser supposer. La faute en partie aux soucis de la n°02 de Franchitti/Dixon/McMurray/Hand, condamnée à remonter un déficit de sept tours suite à une touchette de Jamie McMurray, puis victime d’un problème de transmission.

Privée de son ombre, la n°01 s’est retrouvée esseulée en tête et choix a semble-t-il été fait de réduire le rythme pour ne prendre aucun risque. La Riley n’a donc pu creuser l’écart et s’est ainsi retrouvée sous la menace de trois autres DP dans la dernière heure.

Si les voitures du Michael Shank Racing (poussée hors piste par Barbosa) et du Action Express Racing (pénalité suite à cette poussette) ont dû lâcher prise, la Corvette DP du Wayne Taylor Racing s’est accrochée jusqu’au bout à l’espoir de s’imposer à la consommation. Juan-Pablo Montoya, auteur d’un dernier relais de folie sur la n°01 rentrait effectivement aux stands à moins dix minutes de l’arrivée pour un ravitaillement éclair.

Wayne Taylor ne prenait finalement pas le risque de tenter de voir l’arrivée sans ravitailler et faisait rentrer Max Angelelli dans les dernières minutes, redonnant ainsi le leadership à Montoya. A voir l’émotion de Wayne Taylor, nul doute qu’il se demandera longtemps ce qu’il aurait pu advenir s’il avait pris le risque de laisser son pilote en piste…

Chip Ganassi remporte donc une nouvelle victoire. Avec ce cinquième succès, Scott Pruett égale le recordman Hurley Haywood. Memo Rojas et Juan-Pablo Montoya signent leur troisième succès à Daytona et Charlie Kimball, qui aura peu roulé, décroche sa première grande victoire.

En GT, Audi a joué la discrétion pendant la majorité de la course, laissant les Porsche et les Ferrari sous les spotlights, avant de porter l’estocade dans les dernières heures. A l’issue d’une fin de course très disputée, Audi signe le doublé, la R8 AJR s’imposant grâce à Edoardo Mortara, Filipe Albuquerque, Oliver Jarvis et Dion Von Moltke.

Dans la nouvelle catégorie GX, les Porsche Cayman ont vaincu sans combattre, les Mazda étant trop peu fiables pour les inquiéter. La victoire est revenue aux vétérans David Donohue et Shane Lewis, associés à Jim Norman et Nelson Canache.

elementum ipsum ut leo. justo vel, tristique Praesent dolor. ut libero