Vautier sans pression pour ses débuts

Champion Star Mazda en 2011 et vainqueur en IndyLights Series lors de sa première saison l’année dernière, le martinérois Tristan Vautier a d’ores et déjà réussi une grande partie de son pari en intégrant les rangs du championnat IndyCar Series pour 2013.

Après une saison quasi parfaite au volant de la monoplace #77 du Sam Schmidt Motorsports (sept podiums dont quatre victoires. Ndlr), Vautier a su s’imposer face à des adversaires très expérimentés tels qu’Esteban Guerrieri ou Sebastian Saavedra. Et ce n’est pas tout puisque lors d’une séance d’essais privés qui s’est déroulée sur la piste de Sebring en décembre dernier, le français s’illustrait en signant le deuxième temps derrière Will Power. Une performance d’autant plus remarquable qu’il prenait place pour la première fois dans le baquet d’une Dallara DW12 !

Des arguments qui ont su, à juste titre, convaincre Sam Schmidt et Rick Peterson de trouver le budget nécessaire pour aligner une seconde voiture aux côtés de Simon Pagenaud. Malgré tout, Tristan Vautier garde les pieds sur terre :

“Habituellement je me mets pas trop de pression vis-à-vis des résultats. A Sebring je savais que la voiture que j’allais piloter me permettrait de faire un travail correct et de signer de bons chronos. Je m’efforce toujours de ne pas y penser afin de me concentrer sur la marche à suivre, autrement dit ce que nous devons faire pour arriver à signer de bons résultats. Sans objectifs spéciaux en tête, on peut éviter de subir une pression inutile…”

L’année dernière Simon Pagenaud avait réalisé une saison très solide en décrochant la cinquième place finale au général synonyme de titre de meilleur rookie. Le Poitevin voit l’arrivée de son compatriote Tristan Vautier d’un bon œil, lui qui était seul dans son équipe en 2012 :

“Je ne pense pas que je puisse donner des conseils à Tristan. Je suis vraiment très heureux qu’il rejoigne l’équipe. Nous avons connu une saison fantastique l’année dernière et nous avons désormais l’opportunité de bénéficier de deux voitures ce qui va forcément nous aider pour se battre aux avant-postes. Tristan sait exactement ce qu’il doit faire même il y a quelques trucs qu’il ne connaît pas comme les pit stops par exemple. Mais ne vous inquiétez pas, il apprend vite !”

Avec le soutien d’un équipier comme Simon Pagenaud, Tristan Vautier aborde donc la saison 2013 sereinement. S’il trouve le rythme de la DW12 aussi rapidement qu’il l’a fait en Star Mazda ou en IndyLights, nul doute que l’avenir de Tristan sera radieux Outre-Atlantique…

suscipit sem, sit quis, felis amet, lectus consectetur venenatis,