La passe de trois pour Kevin Harvick !

Kevin Harvick n’était pas le plus fort, encore moins le plus rapide, simplement le plus malin de tous. C’est en grande partie ce qui explique sa victoire ce soir dans The Sprint Unlimited, l’épreuve hors championnat qui ouvre la saison.

Pour cette première course de la sixième génération de voitures les fans avaient la main sur bon nombre de choses notamment le choix de la grille de départ. Ils ont ainsi choisi l’ordre d’obtention des poles comme stipulation, un choix on ne peut plus logique pour une épreuve réconfortant les polemen de la saison précédente.


Qualifié en tant qu’ancien vainqueur de l’épreuve, Terry Labonte a rapidement disparu de la circulation, dès le deuxième tour pour cause de vibration. Le peloton est donc tombé à dix-huit unités, puis douze au quinzième tour suite à un accident impliquant Jeff Gordon, Jimmie Johnson, Kurt Busch, DEnny Hamlin, Kyle Busch et Mark Martin.

Les rescapés ont alors calmé le jeu jusqu’à la fin du deuxième segment avant de s’expliquer. Au fur et à mesure que l’épreuve avançait la ligne intérieure pesait de moins en moins sur la course à tel point que le peloton s’est retrouvé en fil indienne à l’extérieur.

Si Greg Biffle et Tony Stewart semblaient être les mieux armés pour battre Harvick dans les derniers tours, mais le manque de voitures en fin d’épreuve leur a certainement coûté la victoire, tout comme à Matt Kenseth qui avait probablement la meilleur voiture de l’épreuve.

Kevin Harvick : “Une course avec dix-neuf pilotes ça fait un plus petit peloton que d’habitude, mais lorsque que vous voyez cinq, six ou sept voitures, peu importe, éliminées, vous savez que les dépassements devront être précis pour être complétés.”

Consultant pour la FOX lors de cette épreuve, puisqu’il n’était pas qualifié, Brad Keselowski résume parfaitement la fin de course.

Brad Keselowski : “On a vu que Kevin Harvick et Tony Stewart étaient très aggressifs dans leur conduite. ce qui est la clé. Greg Biffle a tenté quelque chose à la fin, mais Kevin Harvick était plus aggressif et c’est ce qui a fait la différence.”

venenatis quis eleifend in sit dapibus