Kyle Larson, trop fougueux ?

Kyle Larson, ce nom est sur toutes les lèvres de toute personne suivant, analysant ou simplement regardant la NASCAR. Ce jeune pilote – et très jeune par son expérience – démontre de réelles qualités de pilotage d’une voiture de stock car alors qu’il s’agit uniquement de sa seconde saison dans la discipline.

Le champion de la K&N Pro Series East s’est très vite fait remarquer en Truck Series l’année passée. Il a été proche de la victoire à Phoenix pour son troisième départ dans la division. Pour le mauvais côté, il a été au contact avec Ty Dillon lors de la finale à Miami pour une course qui s’est soldée par un abandon alors qu’il était en lutte pour la seconde place à trois tours du but.

La saison 2013 n’a pas dérogé à la règle, déjà lors du UNOH Battle At The Beach, Larson ne s’est pas montré gêné de balancer son adversaire pour la victoire dans infield lors du dernier tour.

Ses trois premières courses en Nationwide Series se soldent par des faits marquants assez distants les uns des autres, allant de son accident à Daytona dans le dernier tour à une superbe bataille avec Jimmie Johnson à Phoenix, en passant par les deux incidents dont il est la malheureuse victime à Las Vegas.






Le pilote de développement de la Earnhardt-Ganassi Racing a déjà démontré une belle pointe de vitesse dans les deux séries dans lesquelles il a été engagé, mais il se retrouve encore trop souvent dans des situations peu confortables.

Son manque d’expérience de la course automobile à ce niveau peut expliquer une part de ses soucis en piste, chaque dépassement se gère en fonction du pilote, de l’usure des pneus, mais également de la phase de course. L’expérience que Larson va acquérir lui permettra d’appréhender au mieux toutes ces situations.

Si son agressivité en piste – nécessaire pour courir à ce niveau de performances – lui permet de se montrer régulièrement parmi les pilotes les plus véloces, le fait d’être impliqué régulièrement dans des accidents, qu’ils soient volontaires ou non, peu nuire fortement à sa réputation.

Le seul accident qui lui est totalement imputable est celui du Battle At The Beach. mais une réputation de briseur de voitures n’est pas appréciée des écuries, en particulier en ces temps de disette.

Tous les yeux sont braqués sur le pilote de la Chevrolet Camaro n°32 de la Turner Scott Motorsports, pilote que l’on devrait retrouver à l’échelon supérieur de la NASCAR très rapidement si sa pointe de vitesse se confirme et que celle-ci est associée à une régularité hors-pair.

libero. et, fringilla elit. venenatis Lorem vel, ante.