Des nouvelles de Michael Annett

Michael Annett a marqué l’épreuve d’ouverture de la NASCAR Nationwide Series de par les conséquences de son accident. Le pilote de la Ford Mustang n°43 de la Richard Petty Motorsports a été opéré au sternum après son accident subi à Daytona lors du 116ème des 120 tours. Il répond ici aux questions de Danielle Trotta.

Danielle Trotta : Comment vous sentez-vous ?

Michael Annett : Je me sens plutôt bien. J’étais à Bristol la semaine dernière et j’ai dit à tout le monde que je me sentais capable de mettre ma combinaison et mon casque et prendre la piste. Côté santé et physiquement cela va bien et je suis déçu de ne pas être dans la voiture.

Trotta : Je sais que c’est difficile pour un pilote, mais vous avez été sérieusement blessé. Vous avez eu le sternum cassé – qui protège le cœur et les poumons – et nous n’en avions jamais parlé avant votre accident.

Annett : C’est le plus important. C’est une nouvelle blessure, et évidemment, comme vous le dites, je ne souhaiterais être ici et parler de cet accident. C’est un témoignage de la sécurité en NASCAR, avec l’arrivée du HANS ou encore les Safer-Barriers. Je pense que si cet accident s’était déroulé il y a 10 ou 15 ans je ne serais pas ici pour en parler.

Trotta : Y a-t-il encore des symptômes ? Des choses que vous ne pouvez pas encore faire ?

Annett : Les gens me demandent “Qu’allez-vous faire pour essayer de revenir le plus vite en piste ?”. Il faut travailler, soulever des charges pour se renforcer. Il faisait froid le week-end dernier et j’ai réalisé à quel point éternuer ou la toux provoque des douleurs. Ce sont à l’heure actuelle les symptômes que je ressens.




Trotta : … et rire.

Annett : … effectivement. Comme je le disais, la douleur n’est pas si importante. Elle est partie rapidement après l’accident, c’est pourquoi j’avais quitté le centre médical assez rapidement avant de me rendre trois jours plus tard à l’hôpital.

Trotta : Vous m’avez dit hors caméra que vous n’étiez pas sûr de ce qui a causé votre accident, vos blessures.

Annett : C’est vrai. Je que j’apprécie avec la NASCAR, c’est qu’ils font en sorte de savoir ce qu’il s’est passé afin que cela ne se reproduise plus. Nous avons revu les vidéos et tous les éléments ne sont pas encore totalement déterminés. La meilleure réponse est de dire que je ne le sais toujours pas.

Trotta : Je sais que c’est dur pour un pilote de voir quelqu’un d’autre piloter sa voiture – sans manque de respect pour Reed – Sorenson -. A quel point est-ce difficile de rester en dehors de la voiture ?

Annett : Vous pouvez manquer de respect envers Reed si vous le voulez.




Trotta : …. sans rires.

Annett : Non, c’est sympa à regarder. Je prends le temps de voir quels sont les autres aspect de ce sport. A Bristol j’étais dans les stands avec le “King” – Richard Petty, et je réalise à quel point les crew-chiefs et les pilotes ont la relation qu’ils ont. Parfois je suis en colère contre Reed.

Trotta : … vous auriez voulu faire les choses différemment.

Annett : La prochaine fois, il faut être sûr de ne pas me donner une radio avec laquelle je puisses communiquer. Tout ce que je peux faire c’est écouter… Non, Reed fait du bon boulot, il avait une voiture de top5 le week-end dernier. Je ne me réjouis pas, mais si je dois regarder quelqu’un de conduire la voiture pour les prochaines semaines, je suis content que ce soit lui.

Trotta : Vous parlez de quelques semaines, sans spécifier d’un calendrier spécifique. Quand saurez-vous si vous êtes capable de remonter dans la voiture.

Annett : J’ai un rendez-vous médical le mois prochain, et nous allons réaliser des examens pour savoir si tout est en ordre. J’ai parlé de huit semaines au début, mais heureusement je me rétabli un peu plus vite que prévu. Il est probable que je revienne pour Talladega, en espérant terminer mieux que lors de ma dernière course sur un superspeedway.

velit, consectetur porta. dolor leo. tristique id sit ut libero Aenean