Le sérieux de James Hinchcliffe plus remis en question

“Chouchou des médias”, “star des réseaux sociaux”, “showman”, voilà les adjectifs que l’on trouve très souvent accolés à côté de James Hinchcliffe. Pourtant, depuis son arrivée en IndyCar, il apparaissait évident que le Canadien était surtout promis à un bel avenir dans la catégorie Reine de la monoplace américaine.

Malheureusement, certains “habitués” du paddock n’en étaient pas convaincus, arguant qu’un pilote aussi fantasque n’avait pas la bonne approche pour gagner des courses et que son attitude trahissait un évident manque d’implication et de sérieux dans son travail.

Dimanche 24 mars dans les rues de St. Petersburg, le pilote Andretti Autosport a fait taire les critiques en remportant une très belle victoire après avoir poussé à la faute le spécialiste des lieux, le triple vainqueur Helio Castroneves.


J’ai toujours essayé d’être moi-même sur les circuits. Je pense que certaines personnes à un moment de ma carrière pensaient que peut-être, je ne prenais pas mon travail suffisamment au sérieux ou quelque chose comme ça.

Mais si vous regardez les trois derniers tours de course, nous étions sous une énorme pression, j’ai fait quelques toutes petites erreurs. Mais ramener la voiture (ndlr : en première position), rester concentrer et contenir un gars comme Helio, j’espère que ça prouve que vous pouvez être un farceur en dehors de la piste mais aussi que vous êtes capable de finir le travail sur la piste.

L’année dernière, le pilote Andretti Autosport avait commencé 2012 sur un rythme élevé qui le plaçait comme un prétendant au titre avant de fléchir à partir de Detroit. Aujourd’hui, malgré sa victoire, Hinchcliffe ne souhaite pas pour autant se voir dans la peau d’un candidat au titre de champion.

C’est la première course. Il y en a encore 18 à disputer. Il est encore trop tôt pour définir quelqu’un comme un prétendant ou d’exclure quelqu’un de la course au titre.

Pour être un prétendant dans cette série, tout repose sur la régularité : vous ne pouvez pas commettre d’erreur (…). Je pense qu’à la fin, le gars ou la fille qui aura fait le moins d’erreurs avec son équipe sera la personne qui tiendra le trophée de champion.

eleifend adipiscing neque. suscipit ut libero velit, dictum efficitur. venenatis