Il y a 20 ans la NASCAR perdait Alan Kulwicki

Le 15 novembre 1992 fut à bien des égards une journée historique dans l’histoire de la NASCAR. Outre la dernière course en carrière de Richard Petty, septuple champion, et les débuts en carrière de Jeff Gordon, c’est surtout la lutte pour le titre qui intéresse. De Davey Allison, leader du championnat à Mark Martin qui pointe à 113 points, ils sont six à pouvoir mathématiquement jouer le titre. Alan Kulwicki, Bill Elliott, Harry Gant et Kyle Petty sont les quatre autres prétendants. Deuxième de l’épreuve derrière Bill Elliott, Alan Kulwicki enlève le titre pour dix points. Propriétaire et champion, une rareté, puisqu’il faudra attendre 2011 et Tony Stewart pour se retrouver dans une situation similaire. Surtout, Kulwicki est le premier champion de l’histoire à être diplômé puisqu’il possède un titre d’ingénieur en mécanique.


Quatre mois et demi après ce titre le natif de Greenfield dans le Wisconsin perd la vie dans un accident d’avion alors qu’il se rend sur le Bristol Motor Speedway pour disputer la sixième épreuve de la saison. Sa carrière, que d’aucun jugera trop courte, s’arrête brutalement, quelques mois seulement avant le décès d’un autre grand nom Davey Allison. Kulwicki se rendait sur l’ovale du Tennessee dans un jet de la compagnie Hooters. Présent dans le jet qui suivait, Dale Earnhardt a vu l’avion de Kulwicki s’écraser.

L’histoire aurait pu être différente pour Kulwicki, puisqu’en 1991 il a été approché par Junior Johnson non pas une, mais deux fois afin de piloter l’une des deux Ford de l’équipe. À chaque fois Kulwicki a décliné l’offre qui lui a été faite. Bien lui en a pris puisqu’il est sacré champion en 1992 devant Bill Elliott alors pilote de la Ford Thunderbird n°11 de la Junior Johnson & Associates. L’autre pilote de l’équipe, Sterling Marlin au volant de la n°22, s’est lui classé dixième de l’exercice 1992.

‘Special K’ comme il était surnommé n’aura couru que neuf ans en NASCAR Sprint Cup pour cinq victoires, 38 top-5, 75 top-10, 24 poles, un titre de champion pilote, un titre de champion propriétaire et enfin un titre de rookie. Pilote de la Ford Thunderbird n°7 sponsorisée par la chaîne de restauration Hooters, il est aussi connu comme l’inventeur du Polish Victory Lap tour victorieux effectué dans le sens inverse de la course et mis en place dès sa première victoire en carrière lors des Checker 500 de 1988 disputés sur le Phoenix Raceway, c’était à l’occasion de son quatre-vingt-cinquième départ dans la série.

La Ford Thunderbird d’Alan Kulwicki avait également un surnom : ‘Underbird’, du fait du statut d’outsider de Kulwicki puisqu’il pilotait une voiture de sa propre équipe. Ford avait donné l’autorisation au natif du Wisconsin d’enlever le Th de Thunderbird à l’avant de la voiture afin de coller au mieux au surnom de celle-ci.

Paul Andrews était le chef d’équipe de Kulwicki pour sa première victoire et son titre. Andrews fut également associé à deux autres pilotes ayant décrocher leur première victoire en carrière Jeremy Mayfield lors des Pocono 500 1998 sur le Pocono Raceway, puis Steve Park en 2000 lors de l’épreuve routière disputée sur le Watkins Glen International.

Lors de l’épreuve qui a suivie les hommages se sont succédés. Le camion d’Alan Kulwicki a effectué un tour de la piste au ralenti avant de quitter les lieux. Puis à l’issue de l’épreuve Rusty Wallace, le vainqueur a rendu hommage à sa façon à Alan Kulwicki en effectuant un Polish Victory Lap. Cette pratique se fera d’ailleurs tout au long de la saison. Sur l’Atlanta Motor Speedway lors de la manche finale Rusty Wallace, vainqueur de l’épreuve, ainsi que Dale Earnhardt champion pour la sixième fois de sa carrière ont effectué le Polish Victory Lap côte à côte. Si Rusty Wallace avait un drapeau en la mémoire d’Alan Kulwicki Dale Earnhardt en avait deux, le premier pour Kulwicki, alors que le second était aux couleurs de Davey Allison.

20 ans après son décès que reste-t-il ? Beaucoup d’hommages évidemment pour l’un des pilotes qui, selon ses paires, était amené à connaître encore plus de succès dans les années qui ont suivi son titre, bien qu’il soit parti de rien pour construire sa carrière. Plusieurs sites internet ont vu le jour parmi lesquels kulwickiexperience.com qui retrace la vie et la destinée de ce champion, sans oublier underbird.com qui relate l’histoire de l’Underbird, la voiture championne en 1992.

porta. risus libero. ut mi, at odio suscipit Curabitur commodo Lorem